Archives mensuelles : août 2011

[ITALIE] Révolte de sans-papiers tunisiens à Lampedusa contre les expulsions – 30 août 2011

Sans-papiers: des tunisiens en révolte à la Cie

Des sans-papiers lancent des pierres sur la police

Agrigente, le 30 août (TMNews) – Les Tunisiens en révolte du Centre d’identification et d’expulsion de Lampedusa (Agrigente). A partir d’hier après-midi, plus de 200 immigrés ont protesté contre les expulsions en criant en chœur « Liberté ». La nuit dernière, les migrants ont franchi les clôtures de la Cie, en essayant d’atteindre le centre de l’île. La police, qui a afflu en masse a toutefois détourné leur manifestation au quai Favaloro, où les débarquements ont lieu. Là, les Tunisiens ont bloqué la route et ont continué à protester pendant plusieurs heures.

Plus tard dans la soirée, le cortège est reparti vers le quartier de la Cie Imbriacola où a eu lieu plusieurs affrontements entre les immigrés et la police. Un policier et un agent des douanes ont été blessés et transportés à la clinique de Lampedusa. Il semble que les sans-papiers, tout en retournant dans le Centre, ont commencé à jeter des pierres sur les forces de sécurité déployées en masse. La situation est revenue à la normale que tard dans la matinée.

Presse bourgeoise – TMNews.it, 30/08/2011

Traduit de l’italien par Le Chat Noir Emeutier, 31/08/2011

Vu sur Anthropologie du Présent

[RUSSIE] Feux sur la police à Moscou et Khimki !!!

Moscou et Khimki : deux attaques incendiaires contre la police

Traduit de l’anglais par nos soins de blackblocg

21 août : vers les 3 heures du matin, des individualités combattantes pour la résistance ont incendié un poste de police local situé 28 rue Lenskaya, à Moscou
L’action a été menée avec succès, et la lutte contre les « criminels en bretelles » continuera. Salutations à tous les guerilleros d’aujourd’hui et de demain ! N’ayez pas peur d’agir seuls, mais faites attention ! No pasaran !

23 août : Dans la nuit. Dans une bourgade de la zone de Khimki, près de Moscou, un groupe de guerilla anarchiste a incendié un véhicule de police sur le parking d’un poste de la police routière. Khimki est une zone de dur conflit social, à cause du projet de construction d’une autoroute payante qui traversera la forêt de Khimki. Au cours des protestations des habitants du coin et des écologistes, la police a fait preuve d’horribles brutalités. C’est pour cela que nous envoyons ce message à la flicaille sanguinaire ! Il est temps de continuer à lutter pour défendre la nature et la justice, d’abolir l’Etat et le capitalisme !

Des anarchistes de la région de Moscou,
23 août 2011

Source: Brèves du Désordre, 28 août 2011

 

[BELGIQUE] Grève à la Poste de Braine l’Alleud

Le personnel du bureau de poste de Braine-l’Alleud part en grève

Les postiers refusent de reprendre le travail tant qu’ils n’ont pas obtenu une réponse ferme et définitive sur la nouvelle organisation de leurs tournées. La grève devrait durer au moins jusqu’à vendredi matin. La réunion de ce matin n’a pas permis de trouver jusqu’à présent un terrain d’entente entre direction et syndicats.

Le personnel avait décidé de débrayer mardi matin à la suite de la présentation d’une réorganisation dans le cadre de Géoroute (NDLR : Braine-l’Alleud est pilote en la matière). Les syndicats craignant des diminutions d’effectifs et une surcharge de travail pour ceux qui restent.

Ce mercredi matin, direction et syndicats se sont vus pour tenter de trouver un terrain d’entente. Manifestement, ils n’y sont pas parvenus. Les syndicats ont annoncé qu’ils maintenaient la grève ce jeudi et la prolongeaient jusqu’à vendredi matin. Conséquences directes: les journaux restent distribués, le courrier ordinaire par contre ne l’est plus. Sont concernées par cette grève les communes de Braine-l’Alleud, Waterloo et Tubize.

Presse bourgeoise – RTBF, 31/08/2011

Mouvement de grève à la poste de Braine l’Alleud

Ce mardi 30 août 2011, le personnel du bureau de poste de Braine-l’Alleud a décidé de débuter un mouvement de grève afin de protester contre la réorganisation prévue par Géoroute.

A partir du 15 octobre prochain, le plan prévoit le séquencement de la machine qui permet de trier le courrier en fonction de la tournée du facteur. Cette mesure entraînerait la suppression de 9 services sur 90 et occasionnerait par conséquent un surcroît de 10% de travail par agent.

En raison de cette action qui devrait se prolonger mercredi, il y aura des perturbations dans la distribution du courrier à Braine-l’Alleud mais également à Tubize et à Waterloo.

Presse bourgeoise – Mondial Infos, 30/8/2011

Plusieurs sites internet de préfecture attaqués

Mystérieuses attaques de hackers contre des sites de préfecture

Plusieurs sites internet de préfecture ont été visés au cours des dernières semaines par des attaques informatiques, qui les ont rendus indisponibles. Les services préfectoraux assurent toutefois que les données personnelles des internautes n’ont pas « fuité »

Site internet de la préfecture du Lot, rendu indisponible par une attaque informatique (30 août 2011)Site internet de la préfecture du Lot, rendu indisponible par une attaque informatique (30 août 2011) © TF1/LCI

Qui sont ces mystérieux hackers qui s’en prennent aux préfectures ? Depuis fin juillet, plusieurs sites web préfectoraux ont fait les frais d’attaques informatiques, qui les ont parfois rendus indisponibles. C’est le cas, par exemple, de la préfecture du Lot, de celle du Lot-et-Garonne…

« Le site internet de la préfecture, qui est hébergé sur des serveurs gérés par le ministère de l’Intérieur, donc complètement hors de nos locaux (…), a été victime, avec un certain nombre d’autres sites internet de préfecture, d’actions de piratage« , a ainsi reconnu mardi le directeur de cabinet du préfet du Lot, Christophe Saint-Sulpice. Le site, attaqué fin juillet ou début août, a été selon lui « mis en rideau« . Le conseil général du Lot a également dû arrêter ses serveurs pendant environ trois jours, « a priori » par la faute d’une cyberattaque, a dit un porte-parole.

Les bases de données pas touchées

Toujours selon le directeur de cabinet du préfet du Lot, c’est une dizaine de sites de préfecture qui ont ainsi été visés en France. Il a dit n’avoir aucune idée de la motivation du ou des « hackers », et ne s’est pas prononcé sur le fait qu’ils se seraient concertés ou pas avant de s’en prendre aux sites des préfectures.

Mais il a assuré que les attaques étaient restées circonscrites au site public et n’avaient pas affecté l’intranet de la préfecture ou les applications sécurisées, les bases de données etc. Il a assuré aussi catégoriquement que les usagers des services en ligne n’avaient aucun souci à se faire quant à la protection de leurs données ou de leurs fichiers personnels. Il existe une « barrière absolue » entre ce que l’internaute peut saisir – par exemple pour obtenir la délivrance d’un document – et le traitement qui en est fait, a-t-il certifié.

Cependant, la préfecture a porté plainte. Un service spécialisé à compétence nationale tâchera d’identifier le ou les auteurs du piratage. Ceux-ci forcent les services de l’Etat à reconstruire un site mieux sécurisé, ce qui prendra encore quelques semaines, a souligné Christophe Saint-Sulpice. Pendant ce temps, la préfecture doit composer avec un surcroît d’appels téléphoniques de la part d’usagers qui avaient pris l’habitude de se servir d’internet : c’est le cas des agents immobiliers ou des notaires qui ont besoin d’informations spécifiques. Pour les titres classiques (cartes grises, permis de conduire, passeports…), les usagers peuvent toujours utiliser le site service-public.fr. De son côté, le conseil général a mobilisé ses équipes pour faire repartir le site, utile à de nombreuses prestations pour les écoliers, les personnes âgées ou handicapées, a fait savoir un porte-parole, ajoutant que le site se remet en marche progressivement.

Presse bourgeoise – TF1 news, 30/08/2011

Les hackers attaquent les sites internet de préfectures

Le site public de la préfecture du Lot et de plusieurs autres en France ont été récemment la cible de piratages, a-t-on appris mardi auprès des services de l’Etat dans le département.

« Le site internet de la préfecture, qui est hébergé sur des serveurs gérés par le ministère de l’Intérieur, donc complètement hors de nos locaux (…), a été victime, avec un certain nombre d’autres sites internet de préfecture, d’actions de piratage », a dit à l’AFP le directeur de cabinet du préfet du Lot, Christophe Saint-Sulpice.

Le site, attaqué fin juillet ou début août, a été « mis en rideau ». Le site internet des services de l’Etat dans le Lot-et-Garonne voisin est également indisponible.

Selon M. Saint-Sulpice, c’est une dizaine de sites de préfecture qui ont ainsi été visés en France.

Il a dit n’avoir aucune idée de la motivation du ou des « hackers », et ne s’est pas prononcé sur le fait qu’ils se seraient concertés ou pas avant de s’en prendre aux sites des préfectures.

Mais il a assuré que les attaques étaient restées circonscrites au site public et n’avaient pas affecté l’intranet de la préfecture ou les applications sécurisées, les bases de données etc.

Il a assuré aussi catégoriquement que les usagers des services en ligne n’avaient aucun souci à se faire quant à la protection de leurs données ou de leurs fichiers personnels. Il existe une « barrière absolue » entre ce que l’internaute peut saisir – par exemple pour obtenir la délivrance d’un document – et le traitement qui en est fait, a-t-il certifié.

Presse bourgeoise – Challenges, 30/08/2011

[Amiens] Emeute dans les quartiers nord et un jeune blessé par la police par un tir de flash-ball – 21 août 2011

AMIENS-NORD Nouvelles violences, un blessé au flash-ball

Les pompiers n'interviennent plus au quartier nord d'Amiens sans escorte policière. C'est après l'incendie de ce véhicule et avant l'arrivée des pompiers que les policiers ont été pris pour cible. Un jeune a reçu un tir de flash-ball.

Les pompiers n’interviennent plus au quartier nord d’Amiens sans escorte policière. C’est après l’incendie de ce véhicule et avant l’arrivée des pompiers que les policiers ont été pris pour cible. Un jeune a reçu un tir de flash-ball.

La police a été prise à partie par deux fois, dimanche dans le quartier nord d’Amiens. Face aux jets de cailloux et aux tirs de mortiers, les policiers ont répliqué au flash-ball.

Deux fois dimanche, la police amiénoise a dû faire face à des violences urbaines. Les policiers ont essuyé des jets de projectiles et des tirs de mortiers. Les forces de l’ordre ont répliqué à coups de bombes lacrymogènes et de flash-ball. Un jeune a été blessé.

Depuis presque un mois, le quartier nord d’Amiens connaît des épisodes de violences urbaines plus ou moins graves. Les CRS sont intervenus à de nombreuses reprises. Quatre d’entre eux ont d’ailleurs été blessés lors d’affrontements. Ces unités mobiles ont quitté la ville, provisoirement sans doute, dimanche matin.

Flash-ball contre mortier

Il faut croire que les émeutiers en étaient informés. Dimanche, en milieu d’après-midi, après l’incendie d’un scooter, les policiers ont été pris à partie. La situation a dégénéré le soir, après l’incendie volontaire d’une voiture. Le pic de violence a alors été d’une rare intensité.

Là encore les forces de l’ordre sont prises pour cible. Elles répliquent à coups de gaz lacrymogène et de flash-ball. C’est alors que, selon des témoins, un jeune de 19-20 ans, aurait reçu un tir de flash-ball en pleine tête. «Il n’avait rien à voir avec tout cela » assure un témoin qui parle de «bavure policière ». Les policiers essuient alors des tirs de mortiers artisanaux. «C’était Gaza ! Bien sûr, c’est moins grave que là-bas, il n’y a pas de morts, mais ça fusait de partout. »

La préfecture confirme qu’un tir de flash-ball a atteint un individu qui selon la police participait aux violences. L’usage de cette arme a été fait «dans des conditions régulières » assurent les autorités. Aucune information concernant l’état de santé du jeune homme n’a pu être vérifiée.

Presse bourgeoise – Le Courrier Picard, 23/08/2011

[LA REUNION] Mouvement social dans l’éducation en ce début de rentrée scolaire

 

Education : mouvements de protestation prévus dans plusieurs établissements

Education : mouvements de protestation prévus dans plusieurs établissements Ouvertures de classes, postes supplémentaires, les revendications des parents d’élèves et du personnel scolaire sont nombreuses depuis la rentrée. Ils promettent de rester mobilisés pour obtenir du Rectorat des mesures immédiates. Plusieurs rassemblements sont programmés ce matin au collège Leconte de Lisle à Saint Louis et à l’école des Avirons. Cette semaine s’annonce donc mouvementée sur le plan social.

Dès 7 heures ce matin, les parents d’élèves ont promis de se retrouver devant le collège Leconte de Lisle avec l’intention de le bloquer. Le syndicat SGTR Educ’Actions appelle à la mobilisation pour obtenir trois postes supplémentaires de Technicien Ouvriers de Service (TOS). Le préavis de grève déposé est d’une durée illimitée. L’organisation syndicale conseille aux parents de prendre leurs dispositions.

Autre lieu, autre doléances. A l’école Paul Hermann aux Avirons, ce sont les parents d’élèves qui ont prévu de manifester dès 7h15 devant l’école pour réclamer l’ouverture d’une nouvelle classe. Mécontents, ils considèrent que les classes surchargées peuvent nuire à l’apprentissage de leurs enfants et à leur avenir scolaire.

La rentrée scolaire 2011-2012 a été marquée par plusieurs mouvements de protestation portés par des dizaines de parents d’élèves. Au coeur de leurs revendications : la surcharge des classes est clairement pointée du doigt. Que ce soit aux Avirons, à la Saline, à Saint Leu ou encore à Sainte Suzanne, plusieurs mouvements de grogne ont été mis en place afin d’assurer l’ouverture de classes supplémentaires.

Le Rectorat a indiqué avoir déjà procédé aux ajustements nécessaires au vue des effectifs constatés lors des premiers jours de classe. Dix-huit classes ont été ouvertes dans plusieurs établissements de l’île.

Presse bourgeoise – L’info, 29/08/2011

[CHILI] Un policier lance des gaz lacrymogènes dans le siège de l’Union des factrices – ACAB !!!

Un policier tire des gaz lacrymogènes dans le siège de l’Union des factrices

Dans cette vidéo, téléchargée sur Vimeo par Alaa Alsadi, on voit un policier des forces spéciales lancer une bombe de gaz lacrymogènes à l’intérieur d’un bâtiment, correspondant au siège de l’Union nationale des factrices. Les gens y sont grandement affectées par le gaz.

[vimeo http://vimeo.com/28179683]

Source: Sentidos Comunes, 26/08/2011

Traduit de l’espagnol par Le Chat Noir Emeutier, 26/08/2011

La Police tue un jeune de 14 ans lors de la grève générale

[NO-TAV] Blocage des travaux sur le chantier et affrontement avec les flics à Chiomonte – 24 août 2011

Tensions sur le site de la ligne Turin-Lyon avec des tirs de bombes en papiers. Ensuite le calme est revenu

Turin (Adnkronos) – Il y a eu quelques accrochages entre les militants et les forces de police qui ont tenté de maintenir les manifestants en dehors du chantier.
Turin, le 24 août – (Adnkronos) – Des tensions ont eu lieu entre manifestants et policiers  sur le chantier de la ligne Lyon-Turin à Chiomonte Magdallena. A ce que l’on en sait, quelques militants ont lancé des bombes en papiers et la police a répondu par des tirs de gaz lacrymogènes. Un manifestant a été arrêté par la police pour être identifié.
Une manifestante No-TAV a réussi à gêner un bulldozer qui travaillait à l’élargissement de la clôture du chantier de la ligne Turin-Lyon à Chiomonte . Il y a eu quelques accrochages entre les militants et les forces de police qui ont tenté de contenir les manifestants en dehors du chantier.

La situation est revenu au calme peu après 16h00, et une fille qui avait grimpé sur un bulldozer a travaillé pour tenter d’empêcher l’installation de la nouvelle clôture est en baisse spontanément et les autres manifestants sont partis. Les travaux d’agrandissement de la zone du site ont pu s’achever sous le contrôle de la police, autour de 17h00 avec l’achèvement de la clôture.

Presse bourgeoise – IGN – adnkronos, 24/08/2011

Traduit de l’italien par Le Chat Noir Emeutier, 26/08/2011

[Montluçon] Emeute dans le quartier de Bien Assis – Nuit du mardi 23 au mercredi 24 août 2011

Montluçon: Echauffements violents à Bien Assis

Une trentaine de jeunes s’est opposée à une vingtaine de policiers et de gendarmes cette nuit dans le quartier de Bien Assis.

Dans la nuit de mardi 23 août à mercredi 24 août, une trentaine de jeunes s’est distinguée à Bien Assis provoquant des affrontements avec les forces de l’ordre. Les forces de polices sont intervenues sur les coups de minuit alors que plusieurs riverains avaient signalé de graves dégradations.

En arrivant sur place, au moment des contrôles, les jeunes se seraient opposés avant de jeter plusieurs projectiles -des cailloux- en direction des policiers. Les effectifs de police, 17au total, se sont très vite étoffés d’une unité de sept gendarmes montluçonnais. Les jeunes se serait attaqués à plusieurs biens. Une poubelle a brûlé. «Les policiers ont dû protéger les pompiers venus sur place pour éteindre le feu», indique une source proche de l’enquête.

La confrontation, qui n’a fait, semble t-il, aucun blessé, a duré jusqu’à deux heures du matin. Une enquête a été ouverte par la brigade de sûreté urbaine de Montluçon. Beaucoup de jeunes se seraient enfuis alors que l’orage éclatait.

Des interpellations devraient avoir lieu.

Presse bourgeoise – La Semaine de l’Allier, 24/08/2011     

Cailloux, boules de pétanque… Des jeunes affrontent la police à Montluçon

Dans la nuit de mardi à mercredi, entre 20 et 30 jeunes du quartier de Bien-Assis, à Montluçon, se sont opposés aux forces de l’ordre. Les policiers ont été appelés aux environs de 1 heure du matin suite à des plaintes de riverains.

Ils ont été accueillis par des jets de projectiles : cailloux, boules de pétanque… La quinzaine de policiers présents sur place a reçu le renfort des gendarmes.

La confrontation, qui n’aurait semble-t-il pas fait de blessés, a pris fin aux alentours de 2 heures du matin. Des interpellations doivent avoir lieu dans la journée.

Presse bourgeoise – La Montagne, 24/08/2011