Archives mensuelles : mai 2012

[Lyon] Actions de solidarité internationale – 29 mai 2012

Actions de Solidarité Internationale à Lyon

Mardi 29 mai, une trentaine de personnes se sont rassemblées devant le Consulat de Turquie à Lyon pour réclamer la libération des camarades emprisonnés dans les geôles turques.

Nous avons posé une banderole devant le consulat afin de réclamer la libération de tous les prisonniers politiques.

Ensuite nous nous sommes dirigés vers l’Hôtel De Ville de Lyon afin d’accrocher une banderole pour exprimer notre solidarité face à la répression des contestations sociales de Montréal à Ankara !!

La solidarité est notre arme ! Solidarité internationale !

Source: Contra-info, 31 mai 2012

[Espagne] Les mineurs en lutte: blocage d’autoroutes dans les Asturies – 30 mai 2012

Les mineurs bloquent une autoroute en Espagne durant les manifestations contre les coupes budgétaires

Dans le cadre de la grève nationale lancée par les syndicats qui sont opposés à une diminution drastique des subventions gouvernementales accordées au secteur minier (passant de 300 à 110 millions d’euros), environ 8000 mineurs étaient en grève ce mercredi 30 mai 2012, selon le porte-parole de l’Union Générale des Travailleurs des Mines Victor Fernandez.

Les mineurs ont monté des barricades à l’aide de troncs d’arbres sur l’autoroute nationale N66 à Campomanes, à proximité d’Oviedo dans le nord de l’Espagne.

Sourcehttp://photoblog.msnbc.msn.com/_news/2012/05/30/11955774-miners-block-road-in-spain-during-protest-of-cuts

[youtube=http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=-BknDwnkRAo]

[youtube=http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=moKjq_RiKg8]

CCOO et UGT organisent une grève illimitée dans les mines de charbon

CCOO et UGT ont décidé d’appeler à une grève illimitée dans les mines de charbon à partir du vendredi (01/05/2012) suite à la «décision» du ministère de l’Industrie, de l’énergie et du tourisme de réduire de 63% les aides au secteur cette année.

Les syndicats préviennent que, si le Gouvernement ne remédie pas à cela, les mines sont vouées à la fermeture et les contrées minières, condamnées à l’abandon.

Les protestations des mineurs ont commencé il y a quelques semaines, avec des grèves isolées qui se convertissent en illimitée et qui, selon les syndicats, ont paralysé « le travail des mines privées et les dix centres de travail parmi lesquels compte le groupe Hunosa en Asturies, ainsi que dans des exploitations de la Castille et du Léon, de l’Andalousie, de la Castille-la Manche et de l’Aragon

La décision des syndicats de convertir la grève illimitée est venue un jour après une réunion avec la secrétaire d’Etat à l’Energie, Fernando Martí, dans le cadre du comité de suivi du Plan charbon.

Dans une déclaration, le CCOO a insisté pour que le gouvernement qui, avec son « attitude irresponsable », a conduit à la grève. En outre, il a dénoncé l’«écran de fumée et a décidé de prolonger le conflit minier appelant l’un après l’autre, des réunions vidés à affaiblir, sans succès, une mobilisation qui se propage comme une traînée de poudre à travers les districts miniers. »

Travailleurs des mines d’aujourd’hui ont fait de nouveaux blocages d’autoroutes sur l’A-66 et l’A-8, et sur d’autres routes des Asturies et ont pleinement soutenu la protestation. Depuis lundi, dix mineurs ont organisé un sit-in de deux puits dans la région en Hunosa Candín (Langreo) et Santiago (Aller), ainsi que lundi dernierdes mineurs l’ont fait dans une fosse d’El Bierzo.

Les syndicats ont appelé à une participation à la manifestation le jeudi réalisés dans le Paseo de la Castellana à Madrid, à partir de 11h00, en cherchant à rassembler plus de 10.000 personnes.

Les mineurs ont coupé des routes principales des Asturies par des barricades

 Source:  CC OO y UGT convocan una huelga indefinida en la minería del carbón

D’autres infos des journées d’action précédentes sur La Haine

[Pologne] Manifestation contre les coupes budgétaires et la politique de l’Etat – Torun, 26 mai 2012

Torun, Pologne: manifestation contre les coupes budgétaires et la politique du gouvernement!

Le 26 mai une manifestation sous le slogan «Assez de la politique anti-social du gouvernement » a eu lieu à Torun. Les manifestant.e.s ont défilé dans le centre-ville pour terminer au bureau du conseil municipal. La manifestation, à laquelle ont participé les anarchistes, les syndicats et les habitant.e.s, a réuni environ 150 personnes. Le rythme de la samba Resistance qui a accompagné les manifestant.e.s  et les habitant.e.s de la ville – et qui a été chaleureusement accueilli par les manifestant.e.s – a rejoint la marche.

Des journaux et des flyers publiés pour cette occasion ont été très appréciés. Certaines personnes nous ont assuré que ces documents seront photocopiés et distribués dans leurs communautés. L’impression générale de cette journée a été très positive.

Nous avons obtenu le soutien des résident.e.s. Ils ont dit que, finalement, quelqu’un parle haut et fort des problèmes que nous avons à traiter quotidiennement. Même des slogans tels que « le gouvernement à la rue, la rue au gouvernement » ont rencontré une réception animée. Nous pouvions sentir que les gens sont vraiment malades et fatigués de la situation. Durant la manifestation, des syndicalistes et des habitant.e.s militant.e.s ont fait quelques discours, et en passant devant *Empik nous avons rappelé que l’entreprise a remporté le concours du pire employeur à Varsovie. 

Dans les bureaux du conseil municipal, les autorités ont été critiquées pour couper les services sociaux et la privatisation des ressources communales. Un ancien soldat qui a rejoint la manifestation a également fait un discours. Après avoir terminé sa mission en Afghanistan, il a été oubliée – il est devenu la victime d’une guerre inutile et  des missions  soi-disant de « maintien de la paix », qui ont été poursuivies par le gouvernement polonais en dépit des protestations de la société. Maintenant, il ne peut même plus payer ses médicaments.

« aux gens de la ville, pas pour les banques »

« l’espace urbain à la société »

Merci à tou.te.s d’être venu.e.s, notamment grâce à des gens venant d’autres villes. La solidarité est notre arme!

* Empik est une grande société basée en Pologne avec des agences dans toutes les grandes villes.

Traduit de l’anglais de Contra-Info, 30 mai 2012 (source en polonais)

[Yvelines] A Trappes on aime le poulet grillé – soirée du mardi 29 mai 2012

Un cocktail Molotov lancé sur la police

Un cocktail Molotov a été lancé hier soir sur une voiture de policiers effectuant une patrouille à Trappes (Yvelines), sans faire de blessé. Le capot du véhicule s’est embrasé, le conducteur a alors accéléré pour se mettre à l’abri et éviter un second jet de projectile.

Après avoir éteint le feu et appelé du renfort, les forces de l’ordre se sont dirigées vers l’endroit d’où le projectile avait été lancé. Au pied d’un immeuble, les policiers ont interpellé un homme de 25 ans, qui s’opposait à leur présence et qui avait tenté de leur subtiliser une bombe lacrymogène.

A l’issue de l’interpellation, les policiers ont fait usage d’une grenade pour disperser un groupe d’une dizaine de personnes « hostiles », qui se rapprochaient d’eux et les insultaient, selon la source.

Les journaflics de l’AFP, 30/05/2012

[Val-d’Oise] Un élu UMP en visite à Goussainville se fait accueillir comme il se doit – 30 mai 2012

Le député Yanick Paternotte agressé à Goussainville

Yanick Paternotte, le député UMP de la 9e circonscription (Gonesse, Goussainville, Luzarches) du Val d’Oise, candidat à sa succession pour les législatives de juin prochain, a été victime d’une agression mercredi après-midi lors d’un déplacement dans le cadre de sa campagne à Goussainville. Le député-maire de Sannois a été pris à partie par une dizaine de jeunes qui se trouvaient devant une pharmacie dans le quartier populaire des Grandes Bornes.

Ces derniers l’auraient insultés, le traitant de «sale nazi» avant d’ajouter «de toute façon on va voter pour le PS». Le candidat a ensuite repris son chemin. Lorsqu’il a regagné son véhicule, un bon quart d’heure plus tard, il a constaté que ce dernier avait été fracturé. La vitre avant droite avait volé en éclats. Des effets personnels auraient été dérobés. Yanick Paternotte a appelé police-secours avant de se rendre au commissariat de Gonesse où il a déposé plainte.

Leur presse – Le Parisien, 30/05/2012 

Goussainville : un député UMP agressé

Yanick Paternotte, élu du Val-d’Oise, a été pris à partie par une dizaine de jeunes mercredi après-midi, lors d’un déplacement.

Le député UMP du Val-d’Oise Yanick Paternotte, candidat à sa réélection pour les législatives dans la 9e circonscription, a été agressé mercredi après-midi, lors d’un déplacement à Goussainville, a-t-on appris auprès de son équipe de campagne et de source judiciaire. Le député-maire de Sannois a été pris à partie par une dizaine de jeunes mercredi après-midi, alors qu’il se rendait à la rencontre de commerçants du quartier des Grandes Bornes, a précisé son équipe de campagne dans un communiqué.

Ce communiqué ajoute qu’il a été traité de « sale nazi » et a retrouvé « son véhicule fracturé et des effets personnels et de campagne dérobés ». Il assure en outre que les agresseurs se sont prévalus « du parti socialiste et de François Hollande », tout en « exhibant leur carte du PS ». Une source judiciaire a confirmé qu’une agression et un « vol » dans un véhicule avaient eu lieu, mais n’a pas été en mesure de confirmer le nombre d’agresseurs présents, ni le fait que ces derniers se soient revendiqués comme militants du PS.

Interrogé sur ces allégations, le secrétaire départemental du PS dans le Val-d’Oise a regretté que Yanick Paternotte « porte des accusations sans éléments matériels » sur l’identité des agresseurs. « Que la police fasse son enquête et que ceux qui ont fait cela soient interpellés. Ensuite, on verra », a-t-il dit.

Leur presse – Le Point (AFP), 30/05/2012

[Chili] Les étudiant.e.s en lutte contre le terrorisme d’Etat et son projet de loi Hinzpeter

Chili : Une loi met en danger les étudiants

Face aux protestations étudiantes qui secouent le pays depuis un an, une loi est en passe d’être votée. Depuis quelques jours, les étudiants chiliens sont en alerte. La Loi dite Hinzpeter, peut être approuvée dans moins de vingt jours et légitimer l’action répressive du gouvernement chilien. Dénoncée par Amnesty International, Reporters sans frontières et des fédérations étudiantes, y compris en Europe, cette loi risque de faire revivre la période noire de la dictature.

La Confédération des étudiants du Chili (CONFECH) tente d’attirer l’attention sur ce projet de loi qui existe depuis octobre 2011. La loi de la Sauvegarde de l’ordre public est dénommée par les étudiants, loi Hinzpeter en référence à son auteur, le Ministre de l’Intérieur chilien. Ce projet de loi vise à punir de peines de prison tout mouvement social. Une simple protestation avec le bruit des casseroles – signe d’opposition durant la dictature, peut être considérée comme « terrorisme d’Etat » par cette loi. La CONFECH a publié un folder expliquant les faits que la loi punirait.

L’article 269 du projet de loi prévoit de punir de 541 jours à 3 ans de prison, les personnes ayant:_ paralysé ou interrompu un service public comme les hôpitaux, les urgences, les services électriques, l’eau potable, les communications, les transports. Comme le précise le folder envoyé par les dirigeants étudiants, de punir l’occupation d’écoles en signe de protestation. Fait initié dans de nombreux lysées et universités durant l’année 2011.

Elle prévoit également de rendre punissable : _ l’envahissement, l’occupation ou le saccage des habitations, des bureaux, des établissements commerciaux, industriels, éducatifs, religieux entre autres. Nette référence à l’action pacifique menée par une poignée d’étudiants au sein des locaux de la chaîne chilevision, dont le capital est détenu par le Président Sebastian Pinera.

Troisième point punissable : _Empêcher ou altérer la libre circulation des individus et véhicules sur des ponts, rues, routes et autres biens d’usages publics similaires. La Confech précise que sont visées les marches interdites à la dernière minute. Comme ce fut le cas le 15 mars dernier dans une marche convoquée par les étudiants du secondaire, qui a vu le déploiement répressif des carabiniers du Chili.

L’organisation étudiante nationale relève trois autres points du projet de loi : _ Celui d’attenter contre l’autorité ou ses agents (ndlr : les carabiniers du Chili), celui d’employer des armes à feu ou un élément incendiaire. Mais surtout, l’organisation étudiante pointe la dangerosité du point autorisant l’arrestation de toute personne ayant incité à une marche dans la ville. Autrement dit, la légitimité d’arrêter un leader étudiant.

Depuis le mois de mars, ceux-ci reçoivent l’aide de l’Institut des Droits de l’Homme du Chili qui envoie des observateurs lors des marches étudiantes afin d’éviter des arrestations arbitraires d’étudiants. De son côté, Reporters sans frontières a supplié le gouvernement chilien de retirer le volet permettant la saisie de matériels journalistiques comme le stipule l’article 83 du Code Pénal.

Durant les vacances scolaires des mois de Janvier et Février, les étudiants se sont mobilisés contre ce projet de loi mettant en danger la liberté d’expression, de droit de manifester, et interdisant toute forme de protestation sociale. Depuis son entrée au congrès en octobre 2011, le projet de loi a été déposé trois fois en « urgence » par le gouvernement chilien. Vendredi dernier, il réitérait une quatrième tentative. En réaction, les dirigeants étudiants de la CONFECH réalisent une semaine « agitation contre le Loi Hinzpeter ».

Le 21 mai dernier, les fédérations étudiantes du monde entier – plus de 20 millions d’étudiants, exigeaient l’arrêt immédiat de ce projet criminalisant le mouvement étudiant chilien. Deux jours après, ils étaient rejoints dans leur déclaration par Amnesty International, qui en des termes durs, n’hésitait pas à dénoncer des cas de tortures sur des étudiants. Cas déjà dénoncés en janvier devant la Haute Commissaire de l’ONU en Suisse par la principale leader étudiante chilienne, Camila Vallejo.

Sources :

CONFECH campagne contre la Loi Hinzpeter

http://prezi.com/qs-oqs9vhp8n/resumen-explicativo-del-proyecto-de-ley-de-resguardo-del-orden-publico-ley-hinzpeter-en-el-marco-de-la-protesta-social/

Action de solidarité mondiale pour le Chili

http://notascect.wordpress.com/2012/05/21/miles-de-estudiantes-firman-una-solidaridad-mundial-con-chile/

Amnesty International

http://www.emol.com/noticias/nacional/2012/05/23/542033/amnistia-internacional-chile-rechaza-proyecto-de-ley-hinzpeter-por-vulnerar-ddhh.html

http://www.lanacion.cl/amnistia-internacional-pide-al-gobierno-que-actue-ante-denuncias-contra-la-policia/noticias/2012-05-23/222953.html

Leur presse – AgoraVox, 30/05/2012

Photos prises sur Piketejuridico, blog dédié à la semaine d’agitation contre loi Hinzpeter

Des photos et une vidéo des mobilisations à Santiago (28/05/2012):

Voir d’autres photos 

[youtube=http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=vIKZ635Hk7M]


[Lille] Action anti-pub – samedi 26 mai 2012

cliquez sur l’image pour accéder à l’article

Dernièrement une action de plus grande ampleur s’est déroulée à Poitiers le 16 mai dernier

[Brésil] Les « Marches des salopes » partout dans le pays – 26 et 27 mai 2012

Brésil : Les “Marches des salopes” se multiplient dans tout le pays

Les 26 et 27 de mai, plusieurs villes du Brésil ont été le théâtre de la seconde édition des manifestations connues sous le nom de Marcha das Vadias (Marche des Salopes).

Revendiquant la liberté féminine et le droit des femmes à s’habiller comme elles le souhaitent sans être victimes de violence ou de discours moralisateurs, des milliers de femmes, mais aussi des hommes, hétéros, homos, travestis et même des groupes de bikers, de skateurs, des skinheads, des punks et des anarchistes ont pris possession des rues de Brasília, São Paulo, Rio de Janeiro, Porto Alegre, Belo Horizonte, Florianópolis, Fortaleza et Belém  – on ne peut toutes les énumérer – pour protester contre l’homophobie et pour défendre le féminisme, et en général, l’égalité.

La “marche des salopes” à son origine à Toronto au Canada, où, le 3 avril 2011, des milliers de femmes protestèrent contre les déclarations du policier Michael Sanguinetti, commentant une série d’agressions sexuelles dans la ville. Il affirmait que les femmes ne devraient pas “s’habiller comme des salopes” pour éviter d’être victimes de viols.

Depuis lors, des manifestations semblables se sont propagées de par le monde, avec des femmes courtement vêtues, ou mêmes presque nues et affirmant que ce n’est pas pour autant qu’elles aimeraient être violées ou qu’il s’agisse d’un quelconque signe d’encouragement.

Comme l’année dernière, Global Voices a sélectionné une série de photos des manifestations dans divers villes brésiliennes. Ils furent plus de 3 000 manifestants à Brasília, capitale du Brésil, plus de 1 000  à São Paulo, et des centaines dans les autres villes.

A São Paulo, la marche a parcouru 3 kilomètres, passant par la célèbre rue Augusta, lieu de rencontre des tribus alternatives et où l’on peut trouver des maisons closes et des salles de spectacles.

 Deux vidéos de la manifestation à São Paulo, la première de Manu Barem et Thiago Guimarães contient des extraits des discours qui ont eu lieu au début de la marche et des scènes de la manifestation en marche, la deuxième contient des scènes semblables mais aussi les slogans et les mots d’ordres chantés :

[youtube=http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=UjpyB0nUR10]

[youtube=http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=iNPyp46a-U4]

A Rio de Janeiro, la manifestation s’est déroulée à Copacabana avec la présence de centaines de personnes.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=-JGxNtHagYs]

Les rues de Belo Horizonte ont aussi été envahies par les manifestations le 26.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=gz2DPYLuF-Q&feature=player_embedded]

A Brasília, la marche a parcouru le centre du pouvoir brésilien.

Non moins animée, une petite manifestation a aussi eu lieu à Belém le 27 mai.

Il y eut aussi des manifestations à Fortaleza, São Luis et Vitória.

A Recife, Plus de 1100 personnes sont sorties dans la rue pour protester.

 Plus de photos de la marche peuvent être trouvées sur le blog Literatura clandestina et sur le profil flickr de Leo Cisneiros.

La Marche a aussi eu lieu à Florianópolis.

Pour finir, le dimanche 27, la Marche des Salopes a envahi Porto Alegre.

Les utilisatrices de Youtube ElbaOliveira1 et mayluka09 ont enregistré des vidéos avec lectures de manifestes à São José dos Campos, au centre de l’état de São Paulo, tout comme lalgarra, à Sorocaba, où des photos sont en ligne sur le groupe Facebook de la Marche. Le Collectif Foque à fait une vidéo de la Marche à Natal et avmandrade a fait de même à Salvador.

 Ecrit par Raphael Tsavkko Garcia · Traduit par Jean Saint-Dizier 

Source: Globalvoice; 29 mai 2012

[Suisse] Des drapeaux suisse et nazi brûlés lors d’affrontements devant la gare de Bâle – 27 mai 2012

Affrontements violents et drapeaux brûlés à Bâle

Bâle (AP) — Un groupe de 15 à 25 personnes toutes habillées de noir se sont violemment affrontées devant la gare centrale de Bâle dimanche après-midi vers 15.15 heures. Trois jeunes passants ont été blessés avec une barre de fer et une chaîne de vélo, a annoncé lundi la police cantonale. Un drapeau suisse et un drapeau portant une croix gammée ont été brûlés par le groupe, qui s’est dispersé avant l’arrivée de la police.

Selon les premiers éléments de l’enquête de la police criminelle, une bagarre a éclaté dans le groupe des personnes en noir et les drapeaux ont été incendiés au moment où trois passants âgés de 17, 18 et 19 ans ont été pris à partie par des personnes du groupe. Deux des jeunes ont été agressés dans le but de les voler. Le jeune de 17 a été conduit à l’hôpital pour un contrôle.

Une enquête est en cours afin de déterminer pourquoi l’altercation a éclaté et pourquoi les drapeaux ont été brûlés. La police recherche des témoins.

Presse bourgeoise – AP (via Romandie), 28/05/2012

Homme blessé par balle à la jambe

Un jeune homme d’origine marocaine a été blessé par un coup de feu dimanche soir à Bâle. La balle a atteint sa jambe.

Un homme de 25 ans été blessé à la jambe par un coup de feu dimanche soir à Bâle. Le ministère public indique qu’il n’a pas encore identifié l’auteur du tir.

Un automobiliste passant près de la gare bâloise a donné l’alerte après avoir remarqué un homme gisant sur la route. Il lui a porté les premiers secours jusqu’à l’arrivée de l’ambulance. Blessé à la jambe, l’homme a été hospitalisé, mais sa vie n’est pas en danger.

La victime, un Marocain, a indiqué que deux personnes se tenaient sur le pont d’une ligne de chemin de fer désaffectée. L’un d’eux lui a tiré dessus avant qu’ils ne prennent la fuite en direction de l’Allemagne.

Presse bourgeoise – ATS (via 20 minutes.ch), 28/05/2012

[St-Louis,USA] Manifestation de solidarité avec les militantEs arrêtéEs lors des actions anti-OTAN à Chicago – 24 mai 2012

Manifestation de solidarité à Saint-Louis avec les personnes arrêtées à Chicago lors des affrontements avec la police

Dans la soirée du 24 mai, 30 à 40 personnes convergent pour exprimer leur colère contre la répression brutale des manifestants anti-OTAN de la part de la police de Chicago. Les manifestants venus du monde entier se sont réunis à Chicago le week-end du 19 mai pour s’opposer au sommet de l’OTAN. Durant ce contre-sommet trois manifestants ont été arrêtés pour un complot terroriste présumé, ce qui peut être clairement vu comme un cas de provocation policière, tandis que des dizaines de manifestantEs ont été ensanglantéEs et d’autres emprisonnéEs. Plusieurs d’entre nous à Saint-Louis ont voulu exprimer notre solidarité avec les manifestants à Chicago ainsi qu’avec touTEs ceLLESux qui osent résister aux conditions de ce monde. Comme les flux de capitaux, la répression ne connaît pas de frontières.

Les fonctions de l’OTAN sont vues comme une police mondiale pour assurer le pillage et l’exploitation de la population. La même chose est vraie de leurs homologues locaux, la police départementale de Saint-Louis par exemple. En plus de l’OTAN et les actes brutaux de ses défenseurs de l’Etat, ceLLESux qui ont manifesté la nuit dernière avaient à l’esprit les nombreuses personnes qui ont été tuées par la SLPD. Les habitantEs de St-Louis sont harceléEs quotidiennement et assassinéEs tous les mois. Ceci est illustré par de nombreux exemples: Scott Perry, tué dans la prison du centre-ville. Anthony Smith, fusillés dans les rue. L’occupation tentée du Compton Hill Park Reservoir a été brutalement expulsée. De nombreux campements de sans-abri le long du fleuve ont été méticuleusement expulsés. Tous ces exemples nous rappellent que, à chaque tentative d’améliorer nos vies, en dehors de la logique du capital, nous sommes confrontéEs à la force violente de la police.

La manifestation de solidarité est parti à gauche de la Plaza Keiner anciennement occupée et a commencé à traverser le centre-ville. Un Sound system mobile, des drapeaux, des tracts et des slogans ont été utilisés pour exprimer une colère collective contre la police et le système qu’elle défend. La manif a continué pendant une demi-heure sans incident, en traversant les foules en passant par des fans de cardinaux , dont de nombreuses personnes ont klaxonné ou applaudi avec enthousiasme.

Au cours de la manif de nombreux slogans ont été peints à la bombe sur diverses banques du centre-ville comme «Solidarité avec touTEs ceLLESux qui résistent! », ou encore « Brûlez les banques! ».

En réponse à cela, un citoyen furieux, qui s’avéra plus tard être le gestionnaire de la propriété de l’une des banques, a commencé à suivre la manif. Il a commencé à harceler les manifestantEs et à communiquer avec la police. À un moment donné, le gestionnaire immobilier a été confronté et frappé à la tête. Il a ensuite été rapidement retiré sous la sécurité de la police. Une fois que la police a été alertée, elle a mobilisé rapidement voitures, motos, wagons et un hélicoptère dépêchés sur les lieux. Dans les affrontements qui ont suivi, 10 manifestantEs ont été arrêtéEs. Selon les médias bourgeois, deux policiers ont été frappés à la tête, et un autre a reçu un traitement pour une blessure à la main.

Ainsi un camarade est accusé de deux voies de fait d’infractions majeure, pour dommages à la propriété, deux délits pour résistance et appel à l’émeute ainsi que pour agression. D’autres semblent être accuséEs de délit de résistance à l’intervention de l’anti-émeute.

Solidarité pour toutes les personnes arrêtées! La résistance vit!

Source: Antistate STL, 25 mai 2012