Archives mensuelles : novembre 2012

[Suisse] Surpopulation à la prison de Champ-Dollon (Genève): L’incendie et la destruction comme solution !

Champ-Dollon atteint un nouveau record avec plus de 700 détenus

La prison genevoise de Champ-Dollon dépasse la barre des 700 détenus, dévoile jeudi la Tribune de Genève. Un record pour l’établissement en pénurie chronique de places de détention.

Prévue à l’origine pour 376 détenus, la prison de Champ-Dollon dépasse jeudi les 700 incarcérations. Certains prisonniers doivent se contenter d’une place à même le sol.

Le directeur de la prison, Constantin Franziskakis, confirme cette information à la Tribune de Genève:  » Nous n’avons jamais eu autant de détenus incarcérés. Sept détenus dorment sur des matelas à même le sol depuis quelques jours. Nous avons déjà commencé à placer six personnes dans des cellules de trois lits. Nous n’avions pas connu cette situation depuis 2010″.

Situation tendue

Le quotidien à l’intérieur des murs reste cependant difficle à gérer. « C’est difficile, mais tout est sous contrôle, grâce à l’engagement hors-norme des cadres et du personnel de l’établissement, poursuit Constantin Franziskakis. « Pour l’instant, toutes les prestations sont maintenues, telles que la promenade, les soins, l’aumônerie. »

« Le fait d’entasser les gens les uns sur les autres crée inévitablement des tensions entre eux », relève Pierre-Alain Dufey, vice-président de la section des gardiens à l’Union du personnel du corps de police.

Leur presse – RTS.ch, 29/11/2012 à 12h13

Champ-Dollon passe la barre des 700 détenus

La surpopulation dans la principale prison genevoise atteint un record. Des détenus dorment à nouveau sur des matelas à même le sol.

La prison de Champ-Dollon prévue pour 376 places accueille depuis ce matin 702 détenus, selon nos informations. Le taux d’occupation atteint 186%. Le directeur de l’établissement, Constantin Franziskakis confirme notre information: «Nous n’avons jamais eu autant de détenus incarcérés.»

Conséquences? «Sept détenus dorment sur des matelas à même le sol depuis quelques jours. Nous avons déjà commencé à placer six personnes dans des cellules de trois lits, explique Constantin Franziskakis. Nous n’avions pas connu cette situation depuis 2010.» A l’époque, la surpopulation était encore plus importante en raison d’un nombre de places moindre. Le taux d’occupation atteignait alors 225%. Depuis, une centaine de places ont été construites (Cento Rapido), laissant une plus grande marge de manœuvre. Mais celle-ci se réduit désormais de jour en jour.

Comment gère-t-on la situation? «C’est difficile, mais tout est sous contrôle, grâce à l’engagement hors-norme des cadres et du personnel de l’établissement, indique Constantin Franziskakis. Pour l’instant, toutes les prestations sont maintenues, telles que la promenade, les soins, l’aumônerie.»

Cette situation pose-t-elle des problèmes de sécurité? «Cela peut comporter des risques lors des interventions du personnel», indique le directeur. Concrètement, «le fait d’entasser les gens les uns sur les autres crée inévitablement des tensions entre eux, relève Pierre-Alain Dufey, vice-président de la section des gardiens à l’Union du personnel du corps de police. S’il y a une bagarre, comme il y a beaucoup plus de monde à gérer, les interventions sont plus difficiles».

Selon le syndicaliste, le nombre de gardiens – plus de 300 pour 700 détenus – est actuellement suffisant, grâce au personnel en formation engagés pour l’ouverture progressive de l’établissement Curabilis programmée fin 2013. «Heureusement que nous avons ce renfort!», soupire Pierre-Alain Dufey.(TDG)

Leur presse carcérale – Tribunal de Genève, 29.11.2012 à 11h23

[Lille] Lutte des sans-papiers: grèves de la faim, occupations… L’église collabore avec la préfecture

La grève de la faim des sans-papiers s’enlise

La pression se renforce sur la préfecture. La Ligue des droits de l’Homme (LDH) et le conseil presbytéral de l’Eglise réformée de Fives-Lille ont demandé, mercredi, au préfet d’ouvrir le dialogue avec le comité des sans-papiers (CSP). Depuis dimanche, une centaine de personnes en situation irrégulière ont investi l’église protestante fivoise pour réclamer leur régularisation. Certains sont en grève de la faim depuis le début du mois, selon le CSP.« Il n’est pas souhaitable de laisser pourrir une situation déplaisante », précise Gérard Minet, délégué régional de la LDH, dans un courrier au préfet.

De son côté, l’Eglise réformée de Fives-Lille a annoncé, par communiqué, qu’elle pourrait demander l’évacuation de ses locaux par la force publique, « au cas où se poseraient des problèmes d’hygiène ou de sécurité des personnes et des biens ». Une nouvelle circulaire sur les étrangers en situation irrégulière a été présentée mercredi par le ministère de l’Intérieur.

Leur presse – 20 Minutes.fr (G. D.), 29/11/2012 à 03h27

[Grèves ouvrières] Les travailleurs de Renault (Maubeuge) et de PSA (Aulnay-s/-Bois) en lutte – 29 novembre 2012

Automobile: Des grèves perturbent deux usines

Deux usines automobiles, l’une appartenant à PSA Peugeot Citroën et l’autre à Renault, sont perturbées jeudi par des mouvements de grève. A Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), où PSA fermera son site d’assemblage en 2014, les chaînes de production sont perturbées par une grève entamée mardi à l’atelier de ferrage où sont soudés les éléments des carcasses des voitures.

«Les salariés protestent contre la convocation de cinq salariés pour ‘insuffisance de production’», a expliqué par téléphone Jean-Pierre Mercier, représentant CGT à l’usine d’Aulnay. «Une réunion de négociation est programmée à 10h30 mais pour l’heure, la production est paralysée.»

Nouvelle séance de négociations sur la compétitivité

«Cet atelier étant au début du flux de production, sa perturbation génère logiquement des difficultés de production dans les autres ateliers», avait indiqué mercredi soir un porte-parole du groupe. «Les autres ateliers produisent au ralenti.» L’usine d’Aulnay, qui assemble la petite Citroën C3, emploie 3.000 personnes environ.

Chez Renault, où une nouvelle séance de négociations sur la compétitivité du groupe en France devait se tenir dans la journée, le site de Maubeuge (Nord) est perturbé lui aussi depuis plusieurs jours par des appels à des débrayages. Peu suivi selon la direction, très suivi d’après les syndicats, le mouvement porte sur l’octroi d’une prime.

Une prime de 500 euros nets

«Nous réclamons une prime de 500 euros nets par salarié en raison du surcroît de travail à venir», a expliqué Samuel Beauvois, représentant du syndicat Sud à l’usine. «C’est un ras-le-bol général, on travaille les samedis, les jours fériés dans des conditions qui se dégradent.»

Sud entend aussi demander à la communauté d’agglomérations de reverser directement aux salariés une subvention octroyée à la direction du site pour créer des emplois. L’usine de Maubeuge, où l’intersyndicale a appelé à un rassemblement à 11h00, produit la camionnette Kangoo et sa version Mercedes, le Citan. Elle emploie 2.200 personnes environ.

Leur presse – 20 Minutes.fr (Reuters), 29/11/2012 à 10h00

[NDdL/Besançon] Rapide résumé du rassemblement de soutien aux opposant.e.s à l’AyraultPort – 28 novembre 2012

50 à 60 personnes (écolos, décroissants, communistes et anarchistes) se sont rassemblées place Pasteur pour exiger l’arrêt de la construction de l’Ayraultport et exprimer le rejet de cette politique destructrice du PS pour les profits de Vinci (qui, pour le coup, perd de plus en plus d’argent grâce au sabotage, à la résistance de la ZAD face aux assauts réguliers de l’armée. Paraîtrait-il que même les flics commencent à aboyer contre leur hiérarchie.)

Plusieurs slogans ont été scandés: « Vinci dégage, résistance et sabotage », « Notre-Dame sera votre Vietnam! », « Vinci, Vinci, prends ZAD dans ta gueule! », ou encore « Vinci dégage touche pas à notre bocage »…

Une heure après, plusieurs militant.e.s se sont dirigé.e.s vers le quartier Battant pour monter un comité de soutien aux opposant.e.s à l’AyraultPort. Une journée d’actions et de manifs est prévue pour le 8 décembre 2012, à l’occasion de la journée européenne contre les grands projets inutiles imposées.

A suivre.

Mailing-list, 29/11/2012

[Besançon] Enfin un local syndical à la fac de lettres – 27 novembre 2012

Transmis par mail, 28/11/2012:

Mardi 27 novembre 2012. Faculté de Lettres de Besançon.

Suite à l’appel de la CNT 25 et de l’AMEB, 15 personnes se sont rassemblées dans la cour du Grand Salon (bâtiment Chifflet) pour faire pression sur le conseil de gestion de l’UFR SLHS, qui se tenait ce mardi.

Des tracts distribués, une bataille acharnée pour pouvoir afficher tracts et appels au rassemblement (le personnel de nettoyage est forcé par l’administration de l’UFR SLHS d’enlever toute affiche ou/et tract qui ne rentrerait pas dans la case légale des panneaux d’affichage…lorsqu’on sait que ces panneaux sont recouverts régulièrement de grosses affiches fluos dégueulasses appelant à enrichir commerces et boîtes de nuit, on n’a pas d’autres choix que de coller illégalement…et franchement, on préfère ça mais que la fac nous foutent la paix!). 

Bref, la mobilisation a quand même l’air d’avoir payer: le conseil de gestion a voté à l’unanimité pour l’attribution d’un local syndical, alors que ça devait faire plus de 3 mois qu’on devait l’obtenir… Et que si leur mascarade de cérémonie nous avait refusé ce local, nous serions monté.e.s à 15 (et ça suffit largement) sans tergiverser.

Cependant, faut voir la gueule de ce local qui doit être dans le bâtiment Granvelle, qui est en état de décomposition permanent (comme tous les bâtiments de la fac de lettres).

Concernant l’attribution d’un local pour la convertir en cafét’, le doyen Mariage nous affirme qu’il n’y a plus de locaux disponibles à part sur la fac « décharge/poubelle » de l’ancienne fac de médecine, où une cafét’ est déjà en phase d’ouvrir par les étudiant.e.s d’Erasmus. Cependant, on en veut une autogérée et sur le site mégevand (où ça fait des années qu’il n’y a rien… Sauf en période de (g)rèves et de blocages…)

Sinon, le doyen aurait déclaré que désormais, lorsque nous souhaiterons organiser tables de presse, accrocher des banderoles ou encore diffuser des tracts, il faudra demander l’autorisation au doyen ou à l’administration! En gros, pouvoir contrôler les contestations sociales comme le font les flics, lorsque syndicats réformistes et partis déclarent gentiment à l’Etat leurs grèves ou manifestations. 

Après avoir appelé les keufs pour une simple action contre l’UNI, c’est clair qu’il va falloir rester vigilant.e.s quant à ces tentatives de flicage et de contrôle social !

Restons ingouvernables et incontrôlables.

Un anarchiste de la fac de lettres.

[Solidarité avec la ZAD] La lutte contre l’AyraultPorc ne connaît pas de frontières !

En Belgique:

Reçu le 27/11

A Maasmechelen en Belgique presque tout les parcmètres de Vinci ont été sabotés en solidarité avec la ZAD. Vinci dégage ! courage à tou.te.s dans la zad !!

En Suisse:

Reçu le 27/11

Durant les deux derniers jours, des actions de solidarité avec la ZAD ont eu lieu en Suisse. Les murs du parking de la société Parking Management Services (PMS) (une société appartenant à Vinci) à Nyon ainsi que la façade du consulat de France à Genève ont été couverts de tags de solidarité avec la lutte contre l’aéroport de Notre Dame des Landes et son monde. Les messages « Vinci dégage ! Résistance et sabotage » ou encore « La ZAD est partout » sont venus redécorer ces mornes façades ennemies.

Contre les aménagements pourris que l’on nous promet pour seul avenir, la lutte ne connaît pas de frontières.

Courage et bottes fourrées à toutes celles qui se battent sur la ZAD !

En France:

En soutien aux camarades qui résistent dans le bocage, à Montreuil comme ailleurs, nous sommes avec vous.

NON à l’aéroport de Notre Dame des Landes

Source: Indymedia Nantes, 27 novembre 2012

Reçu le 26/11:

A la Croix-Rousse, à Lyon :

Le local PS a également été repeint en solidarité !

Toutes les infos sur les actions décentralisées réalisées en solidarité sur zad.nadir.org

[Colombes] Justice pour Mahamadou Maréga, assassiné par les flics – Commémoration le 1er décembre 2012 à 14h00

Rappel : Commémoration « Mahamadou Maréga mort il y a deux ans »

RdV le samedi 1er décembre 2012 à 14h00 555 rue Gabriel Péri – 92700 Colombes Accès : RER A Nanterre Université + Bus 304 : Arrêt 4 Chemins-Aragon / RER A La Défense + Bus 272 : Arrêt Place de Belgique / Train : La Garenne Colombes + Bus 167, 367, 161 : Arrêt 4 Chemins-Aragon.

Mr Mahamadou Maréga est mort plaqué face contre le sol d’un ascenseur par plusieurs policiers, ses pieds et mains étaient attachés. Il a été asphyxié au gaz lacrymogène, électrocuté par 16 tirs de Taser dont plusieurs en contact direct et matraqué à sang par 17 policiers venus l’expulser de son domicile. Ses voisins témoignent avoir entendu les appels au secours de Mr Maréga pendant qu’il se faisait torturé par ces policiers qui ricanaient en le regardant se tordre de douleur et hurler. Aucun de ses bourreaux n’a eu pitié de lui. Qui aurait pu sauver sa vie ?

Nous commémorons sa mort pour lui rendre sa dignité volée par ces policiers et le juge qui a rendu une ordonnance de non-lieu 2 ans après. Malgré la décision du Défenseur des droits qui recommande que des poursuites disciplinaires soient engagées à l’encontre des gardiens de la paix RAMOS et MAHMOUDI et que Messieurs LE GAL, BAUDOIN, GAUDIN et NASSOY fassent l’objet de sanctions disciplinaires. Et, cette décision démontre la qualification pénale des faits. À quoi sert le Défenseur des droits, si ses recommandations ne sont pas prises en compte par les juges d’instruction ?

RdV le samedi 1er décembre 2012 à 14h00 555 rue Gabriel Péri – 92700 Colombes Accès : RER A Nanterre Université + Bus 304 : Arrêt 4 Chemins-Aragon / RER A La Défense + Bus 272 : Arrêt Place de Belgique / Train : La Garenne Colombes + Bus 167, 367, 161 : Arrêt 4 Chemins-Aragon.

Plus d’informations:

Une affiche en format PDF à télécharger, diffuser…

Reseau RESISTONS ENSEMBLE

[Belgique] Savoir faire bon usage du poste de télé… Houyet, 10 novembre 2012

Policiers blessés par des jeunes bagarreurs

HOUYET – Samedi soir, trois jeunes d’une vingtaine d’années, qui occupent un appartement situé au-dessus d’un café à Houyet, ont eu une altercation avec un client de cet établissement.

La police Lesse-et-Lhomme est intervenue. Alors que trois policiers gravissaient les marches de l’escalier qui mène à l’appartement des trois trublions, ceux-ci ont jeté sur eux un poste de télé, puis les ont attaqués avec un lampadaire.

L’un des policiers a été blessé à la tête, ce qui a nécessité des soins médicaux (points de suture).

Un autre qui a été blessé à une main a aussi reçu des soins. Privés de liberté, les trois jeunes violents devaient être déférés dimanche en fin de journée devant le juge d’instruction Pierre Hanin.

Leur presse – lavenir.net (J.C), 12/11/2012 à 07h00 via contact/mail

[Lyon] No TAV vaincra : sabotons le sommet Hollande-Monti lundi 3 décembre prochain !

Le Chat Noir Emeutier reçoit et transmet:

Le groupe Lyon du réseau des Communistes Libertaires Autonomes appelle à saboter le sommet de Hollande-Monti lundi 3 décembre prochain où se négociera le financement du projet TAV et qui se tiendra à Lyon.

Tous dans la rue, solidaires dans la détermination combattante.

Cliquer ici pour télécharger le tract et appel.

NO TAV VAINCRA!

! A SARA DURA !

A Lyon, lundi 3 décembre prochain, les chefs d’Etat français et italien François Hollande et Mario Monti se réuniront en sommet pour conclure le plan de financement de la Ligne à Grande Vitesse (TAV) reliant Lyon à Turin. Que ce jour marque à nouveau dans la rue notre détermination et notre solidarité combattantes contre ce projet d’urbanisation capitaliste.

Depuis plusieurs décennies que la résistance dure et tient dans la vallée de Suse en Italie, par Presidio et blocage des routes, par sabotage et confrontation avec la police, par occupation de terrains et barricades forestières, nous saluons la détermination populaire dans ses moyens d’action. A Lyon comme à Chiomonte près de Turin, sabotons la machine d’urbanisation capitaliste.

Nous n’avons rien à négocier quant à la destruction des environnements et lieux de vie au nom du profit. Que les chefs d’Etat qui viennent se partager les parts de marché du projet n’aient pas de répit dans leurs réunions au sommet.

De la ZAD près de Notre-Dame-des-Landes à la lutte NO TAV en Italie, comme la victoire de Keratea en Grèce contre une décharge géante ou la lutte NO DAL MOLIN près de Vicenza contre une base militaire, nous sommes notre propre force qui ne recule jamais et se donne les moyens de la victoire contre la machine étatique et les forces policières.

Ici comme partout, controns l’expansion destructrice de l’urbanisation capitaliste.

Nos lieux de vie nous appartiennent.

Communistes Libertaires Autonomes/ groupe Lyon.

No Tav Lyon

Cliquer sur l’affiche pour la télécharger en format PDF

Un article détaillé des différentes mobilisations actuelles en France et en Italie

[Russie] Révolte de prisonniers à Kopeïsk (Tcheliabinsk) – 24 novembre 2012

Emeute dans la colonie de Kopeïsk

Samedi 24 novembre, des détenus de la colonie pénitentiaire de Kopeïsk, dans la région de Tcheliabinsk, ont entamé une action de protestation à la suite de l’annulation inexpliquée de la journée dédiée aux visites des familles, ainsi que pour réclamer un adoucissement des conditions de détention. Selon différentes sources, entre 250 et 1 500 individus auraient participé au mouvement qui s’est prolongé jusqu’au lundi 26 novembre. Le Comité d’enquête de la Fédération de Russie a ouvert une investigation.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=-VVv8sMQ6Gs]

« Peu avant l’heure du repas, les détenus de six brigades, soit 250 individus, sont sortis dans le couloir commun et ont soumis certaines exigences  concernant l’adoucissement du régime de détention et notamment la libération d’un certain nombre de détenus placés en cellule d’isolation », a déclaré Ivan Michanine, le directeur du service de presse du Service fédéral pénitentiaire de la région, samedi 24 novembre.

La tension est montée d’un cran après que les proches des prisonniers, venus parfois de très loin pour la journée de visites, se sont réunis devant l’enceinte de la prison. Des incidents ont éclaté un peu plus tard dans la soirée lorsque les forces anti-émeute OMON ont commencé à évacuer la foule. Une évacuation très violente, selon les témoins sur place : « Nous étions réunis dans le calme devant les murs de la prison et essayions de communiquer avec nos proches de l’autre côté. Les OMON sont arrivés et ont commencé à nous frapper. J’ai vu un jeune homme recevoir des coups si fort qu’il en a perdu connaissance. Les femmes ont reçu le même traitement. Certaines ont pu se mettre à l’abri, mais la moitié ont dû être conduites à l’hôpital. Les forces de l’ordre ne voulaient rien entendre, ils ont foncé, détérioré des voitures et interpellé des individus », témoigne Ioulia Komissavova, venue rendre visite à l’un de ses proches.

D’après la police, 26 personnes auraient été arrêtées et huit policiers blessés lors de l’intervention, dirigée selon ces derniers à l’encontre d’un certain nombre d’individus « sous l’emprise de l’alcool ».

Les vidéos relatives à cette journée montrent quelques dizaines de détenus sur les toits de la prison. Sur certaines pancartes, on pouvait lire « Nous sommes 1500″ ou encore « Aidez-nous ».

Leur presse – Le Courrier de Russie – Thomas GRAS (Source: Lenta, Kommersant, Gazeta, Youtube), 26/11/2012