[Balkans] Derrière les murs du nationalisme et de la guerre

Communiqué des participant-e-s des 8èmes Rencontres Anarchistes des Balkans (Balkan Anarchist Bookfair, Mostar, 5-6 septembre 2014).

bosnia

Il est clair que le nationalisme est un outil utilisé contre les classes exploitées. Dans les Balkans, et particulièrement en ex-Yougoslavie, la montée de l’idéologie nationaliste dans les années 1990 a rendu possible l’attaque brutale du capitalisme contre la Société. Elle a, en outre, divisé la population et détruit les réseaux de coopération et de solidarité existants.

La nécessité de se confronter à l’idéologie nationaliste dans une perspective radicale et anti-autoritaire nous a rassemblés à Mostar (Bosnie-Herzégovine) les 5 et 6 septembre 2014 lors des 8èmes Rencontres Anarchistes des Balkans. Nous sommes venu-e-s de Bosnie-Herzégovine, de Croatie, de Serbie, de Slovénie, d’Albanie, de Roumanie, de Grèce et d’autres pays, hors de la région des Balkans.

La vraie nature du nationalisme est, plus que nulle part ailleurs, évidente à Mostar, ville divisée où les brutalités de la guerre sont toujours visibles dans les rues.

Il est essentiel de prendre conscience que cette division de la ville n’est pas la cause mais la conséquence de guerres et d’idéologies nationalistes créées par la classe dominante.

Cela était clair pour les manifestant-e-s de Tuzla qui ont tagué « Mort au nationalisme », ainsi que pour celles et ceux de Mostar qui ont brûlé les sièges des deux partis nationalistes en février 2014.

Cependant, dans d’autres parties du monde, de nouveaux nationalismes et de nouveaux conflits sont créés sur des lignes similaires et avec des conséquences prévisibles.

De nos jours, beaucoup en Ukraine pensent qu’ils se doivent de répondre à un faux choix imposé par les États et les entreprises (et parmi eux, il y a même certains anarchistes et « anarchistes »[1]). Cependant, nous maintenons que le nationalisme est toujours une idéologie qui reproduit le système de l’État, un système de répression et d’exploitation opposant les exploité-e-s et les oppressé-e-s les un-e-s contre les autres. Aujourd’hui, nous voyons en Ukraine les mêmes mécanismes que ceux utilisés pendant les guerres en ex-Yougoslavie : le nationalisme est l’outil utilisé par celles/ceux au pouvoir afin de pousser le peuple à la guerre pour l’intérêt du capital. En tant qu’anarchistes, nous nous sommes opposé-e-s à tous les efforts de guerre en ex-Yougoslavie dans une solidarité qui continue encore de nos jours. Loin du pacifisme libéral et des obsessions gauches-nationalistes de guérillas armées, notre lutte ne se rangera jamais du côté des politiques militaristes et de la destruction, sur lesquels reposent tous les états.

Contre le nationalisme, le militarisme et la guerre !
Contre tous les gouvernements et tous les États !
Pour la solidarité et l’autonomie !

[1] Du groupe anti-colonial nationaliste d’influence anarchiste Mlada Bosna/« Jeune Bosnie » de Sarajevo (1914), aux groupes soi-disant « anarcho »-nationalistes tels que « Slobodari » de Sarajevo (2014), toutes ces tentatives de combinaison de l’anarchisme avec le nationalisme ont montré un seul et simple résultat : le nationalisme. « Slobodari » est un petit groupe de Sarajevo qui se revendique de l’anarchisme mais entretient des contacts avec des groupes nazis ukrainiens (comme par exemple le groupe de nationalistes autonomes Avtonomnyj Opi). Ce groupe a créé une grande confusion via ses nombreux sites internet, dont le site « Balkan anarchist black cross ».

Publié sur Contrainfo, 14 octobre 2014

Le texte publié ci-dessous a été publié en anglais sur sabotage media et partiellement traduit ici-même :

Note sur les soi-disant «libertaires» et «anti-autoritaires» de Bosnie

Récemment, un groupe d’autoproclamés « anarchistes » (« libertaires », « anti-autoritaires »), de Bosnie-Herzégovine qui travaille sous le nom de « Slobodari » (« libertaires », hXXp://slobodari.wordpress.com), en raison des événements en Bosnie, attire l’attention de vastes cercles anarchistes (internationaux).

Cependant, ce groupe a fait des liens d’amitié, en défendant publiquement (aussi en tant qu’«anarchistes»), et publiant des infos du groupe nationaliste « autonome » d’Ukraine appelé « Avtonomni OPIR » (« résistance autonome« ), de même que leurs alliés, « Narodni Nabat » et quelques autres personnes/groupes en provenance d’Ukraine/ex-Union soviétique qui provenaient du milieu anarchiste (ou gauche-communiste), mais qui soutiennent ou coopèrent directement ou indirectement avec ces nationalistes « autonomes » et  répandent leur haine et menaces envers les anarchistes qui ont critiqué les éléments nationalistes et fascistes dans les événements en Ukraine! Ils ont tous approché les nationalistes «autonomes» en raison de leur « prétendu changement » et de « l’urgence révolutionnaire ». Et en effet, ils peuvent avoir changés - mais par une mutation vicieuse plus dangereuse qui a déjà réussi à propager son poison chez certains de ceux qui s’étiquettent comme « anarchistes ».

Même avant les événements en Ukraine, par des traductions (Google) bâclées et imprécises de contre-information provenant de différentes sources anarchistes fiables (qui a fait l’essentiel de leur contenu du site), ce groupe (« Slobodari ») a, de temps en temps, répandu des nouvelles et textes proches des sites d’extrême-droite ou du contenu provenant d’autres sites « généralistes », mais qui portaient une « critique » ou une « analyse » de positions libérales et patriotiques. Ils ont également adopté « la rhétorique et l’imagerie militante« , ont essayé d’imiter une critique du « gauchisme » et du « citoyennisme » dans les milieux anarchistes, mais ont continué dans la pratique à publier différents contenus ou nouvelles autoritaires  de leurs amis nationalistes d’Ukraine ainsi que des nouvelles sur les actions anarchistes et prisonniers anarchistes.

Ils ont également tenté de construire leur propre image en se connectant à différents projets et groupes anarchistes de contre-information. Le même groupe de personnes ou d’individus parmi/proches d’eux ont fait fonctionner quelques autres projets de site web avec un contenu plus ou moins similaire. A savoir:

  • « Anarchist Black Cross des Balkans » (hXXp://abcbalkan.wordpress.com),
  • « libertaires » (hXXp://slobodarieng.wordpress.com)
  • Anarho-Čaršija,(hXXp://anarhocarsija.noblogs.org)
  • CC Brigada (hXXp://ccbrigada.tumblr.com)
  • Lutte russe (hXXp://ruskaborba.noblogs.org)
  • Antifa Sarajevo (hXXp://antifasarajevo.wordpress.com),
  • la page FB de Slobodari (hXXps://www.facebook.com/SlobodarKe)

et peut-être quelques autres.

Nous recommandons vivement à tous les projets, individus et groupes anarchistes de contre-information de faire attention à ce groupe, se démarquer et si possible de demander la suppression de toutes les références (liens, etc, c’est à dire hXXp://slobodari.wordpress.com/pratimo/) vers leurs projets/groupes sur le site web « Slobodari ». Nous demandons également à tous les camarades anarchistes de les dénoncer publiquement, se démarquer et se battre contre des tendances similaires dans le milieu anarchiste s’il en existe dans leurs réalités locales. Nous vous demandons également de diffuser l‘information sur ce groupe et ses pratiques aux groupes et projets avec lesquels vous êtes en contact.

Mort au patriotisme et au nationalisme
Mort à l’État et au capitalisme

Pour l’anarchie,

Quelques anarchistes près des Balkans