Archives pour la catégorie manif

[Berlin] La lutte des réfugiés de l’école Gerhart-Hauptmann reprend suite à une nouvelle menace d’expulsion

Mise-à-jour 30/10/2014:,  

L’expulsion prévue ce vendredi 31/10/2014 a été annulée, les autorités préférant pousser les réfugiés à accepter la solution de relogement qui leur ont proposé (et ce, juste après les avoir bernés une énième fois et annoncé leur expulsion dans la presse…). La mairie mise sur le fait de négocier la paix sociale. Car une expulsion signifierait beaucoup d’agitation dans la ville (et la mairie de Kreuzberg n’a pas oublié les attaques et sabotages qui avait riposté à l’occupation policière du quartier et à la tentative d’expulsion du squat durant l’été dernier. Il semblerait donc que les appels à la résistance et la volonté des 45 occupants restants de rester unis, solidaires et de résister physiquement en cas d’expulsion ait fait reculer les politiques locaux.

D’autres infos à suivre

ohlaustay***********************************************************************

Ce jeudi 30 octobre 2014, un article d’Indymedia Linksunten évoque la volonté des autorités locales de Berlin d’expulser les migrants de l’école occupée Gerhart-Hauptmann située Ohlauer Strasse. Les flics ont annoncé ce même jour d’ériger une « zone à risque » autour de l’école à partir de 6h du matin. L’expulsion serait prévue pour le vendredi 31 octobre 2014.

La veille, de nombreuses forces policières ont pris d’assaut le quartier de Kreuzberg en vue de l’expulsion.

Sans surprise, le dialogue avec le pouvoir initié par une partie des occupants ayant échoué  – en l’occurrence un accord signé il y a plusieurs mois pour un relogement des demandeurs d’asile dans certaines conditions (rester ensemble par exemple) qui a été rompu récemment – a pu une nouvelle fois montrer à tous qu’il n’y rien à demander à l’Etat et ses représentants. En échange (donc en guise de foutage de gueule), la municipalité leur a proposé un bon d’hébergement d’un mois en auberge de jeunesse).

Des appels à actions décentralisées, à se tenir informer et se rendre sur place pour enrayer l’expulsion ont été lancés.

Sans attendre, on apprend que le bureau des verts du quartier de Treptow a été attaqué dans la nuit du 28 au 29 octobre 2014. Le communiqué explique ses bris de vitres par rapport aux décisions des gouvernants locaux (et en l’occurrence de la maire de Kreuzberg, Monika Hermann, du parti des verts) d’expulser les 45 réfugiés qui occupent l’école de la rue Ohlauer à l’Oranienplatz et ceux du Görlitzer Park. Quelques extraits:

« Ceci est un avertissement aux gouvernants et leurs partis de garder leurs mains loin de l’école.

Chaque expulsion a son coût ! Faisons-le grimper !

Allons devant l’école et montrons-nous solidaires ! […]

Pour une vie auto-déterminée !

Vous ne pouvez pas expulser un mouvement ! »

Dans la nuit de mercredi à jeudi 30 octobre, 160 réfugiés et solidaires ont manifesté, exprimant leur détermination à rester dans cette école, et donc à appeler à la résistance pendant l’expulsion. Un concert de soutien aux réfugiés a clôturé la soirée.

Voir toutes les infos sur la lutte des réfugiés de la rue Ohlauer et actions solidaires durant l’été 2014 à Berlin et partout à travers le pays.

[Calais/Paris et ses environs] Week-end en solidarité avec les migrants – 5, 6 et 7 septembre 2014

29 août 2014. Dans la nuit entre jeudi 28 et vendredi 29, trois flics de la PAF ont arrêtés une quinzaine de migrants qui tentaient de monter dans un camion pour franchir la frontière et aller en Angleterre. L’un d’entre-eux a réussi à prendre la fuite et est revenu quelques minutes plus tard, avec cinq autres personnes, équipé d’un fusil et a menacé les flics. Il a de nouveau réussi à prendre la fuite après.

D’après la presse.

____________________________________________________________________________

On en profite pour relayer un des appels au Weekend de résistance anti-fasciste à Calais, les 5, 6 et 7 septembre 2014.

NP2C_AppelAntifa0709Depuis 1 an, un petit groupe de jeunes militants néo-nazis calaisiens s’est organisé et cherche à faire parler d’eux. Leur nom : “Sauvons Calais”. Leur coup le plus médiatique : la publication par la presse locale des photos des tatouages à la gloire du IIIème Reich portés par leur leader Kevin Reche (insigne SS, croix celtique et autres joyeusetés).

L’activité principale de “Sauvons Calais” est la désinformation concernant les migrants (accusés de tous les maux de la ville) et le matraquage permanent des mensonges politiques du Front National (plusieurs membre du “collectif” y sont d’ailleurs directement affiliés).
Mais depuis l’affaire du squat de Coulogne, un pas a été franchi. “Sauvons Calais” s’en prend désormais physiquement aux migrants et aux militants qui les soutiennent quotidiennement : agressions de migrants et de camarades no-borders, attaque d’espaces de solidarité, menaces sur des militants associatifs…

L’action des pantins de Sauvons Calais s’articule et soutien la politique anti-migrants menée par la mairie UMP et les rafles racistes orchestrées par le gouvernement “socialiste”.

Comme toujours, le système se déchaîne contre les plus pauvres et les plus précaires. A Calais, les migrants servent de bouc-émissaires. Pourtant les responsables du chômage et de la misère qui touchent la ville sont connus : les financiers, les spéculateurs, les banquiers, les patrons et les grands propriétaires sévissent en toute impunité. Ils s’enrichissent toujours plus. Le FN, le PS et l’UMP servent directement leurs intérêts.
Ce sont les mêmes qui sont les responsables des guerres et de l’extrême précarité que fuient les migrants.
Mais ratonner de pauvres gens qui vivent dans la rue est plus simple et mieux vu que de s’en prendre aux racines du mal, à ceux qui détiennent les richesses et qui contrôlent l’État et sa police.

Le 7 septembre, “Sauvons Calais” appelle à une manifestation contre l’immigration. Manifestation à laquelle est conviée une partie du gratin pourri de l’extrême droite radicale française, des personnages réputées pour leurs sorties racistes, homophobes, antisémites… Parmi les heureux élus : Benedetti (tremblote œuvre française), Roudier (sénile identitaire) et Joly (poupon nazi picard).

Dimanche 7 septembre, l’Action Antifasciste NP2C appelle à se rassembler massivement pour barrer la route aux néo-nazis, s’opposer aux politiques racistes menées par le PS, l’UMP et le FN et exprimer notre solidarité avec les migrants.

RDV 13 h place d’arme !

Repris de sanspapiersnifrontières
_____________________________________________________________________________
Trois Soudanais arrêtés à gare du nord et en route pour l’Angleterre via Calais, sont enfermés au centre de rétention de Vincennes et vont être expulsés vers Khartoum ce samedi 6 septembre 2014. L’ambassade du Soudan semble leur avoir délivré un laissez-passer indispensable pour pouvoir les expulser.

APPEL à envoyer des fax, mail à l’ambassade du Soudan (11, rue Alfred Dehodencq, 75016 Paris)
Téléphone local : (01) 4225.5571
international : +33.1.4225.5571
Fax local : (01) 4563.6673
international : +33.1.4563.6673

APPEL à se rendre à l’aéroport de Paris Charles de Gaulle le 6 septembre 2 heures avant le départ, pour parler aux passagers du vol afin qu’ils parlent au commandant pour empêcher cette expulsion.

Vol prévu pour deux d’entre eux à 11heures, présence à l’aéroport 9 heures
(11h Paris Charles de Gaulle – 18h25 Doha, vol QROO4 vers Doha puis Khartoum)

Et pour le troisième présence à l’aéroport 20h 30 Vol QR0038 départ à 22h30 vers Doha

APPEL à inonder la boite fax et mail de la compagnie qui collabore à ces expulsions et à saboter les infrastructures existantes / attaquables (page web, agences, bureaux, boîtes aux lettres …)

Agence de Paris

Qatar Airways

24/26 Place de la Madeleine (Entrée au 7 Rue Vignon)

+33 1 70 95 05 80

Appel à harceler le ministre de l’intérieur Cazeneuve et ses copains

P.-S.

Ministère de l’Intérieur :
Cabinet du ministre,
Téléphone : 01 49 27 49 27 (standard, demander le Cabinet), Fax : 01 40 07 13 90 (Directeur de Cabinet)
E-mail : bernard.cazeneuve@interieur.gouv.fr
Secrétaire général : Michel LALANDE michel.lalande@interieur.gouv.fr
Directeur de cabinet : Thierry MORVAN : eric.morvan@interieur.gouv.fr et Pierre-Antoine MOLINA : pierre-antoine.molina@interieur.gouv.fr
Chef de cabinet : Gabriel KUNDE : gabriel.kunde@interieur.gouv.fr et sec.chefcab@interieur.gouv.fr
Conseiller Immigration : Raphael SODINI : raphael.sodini@interieur.gouv.fr
Directrice de l’accueil, de l’accompagnement des étrangers et de la nationalité à la direction générale des étrangers en France : Muriel NGUYEN : muriel.nguyen@interieur.gouv.fr
Directeur général des étrangers en France : Benoit BROCART benoit.brocart@interieur.gouv.fr
Directeur général de la sécurité intérieur (DGSI) : Patrick CALVAR patrick.calvar@interieur.gouv.fr

repris de paris-luttes, 31/08/2014

[Calais] Ouverture d’un nouveau squat lors de la manif anti-rafle samedi 12 juillet

Pentax Digital CameraMAJ 13 juillet 2014. La manifestation s’est déroulée hier, malgré les menaces d’interdiction de la mairie et son arrêté anti-regroupement. Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées, contre les rafles et en solidarité avec les migrants. Partie place d’armes, le cortège dynamique est passé devant la mairie puis s’est engagé dans de plus petites rues jusqu’à l’impasse des salines. Au bout de celle-ci les bâtiments abandonnés de l’ancienne usine Galloo Littoral sont occupés depuis plus de 48 heures et ouvrent leurs portes aux manifestant-e-s. S’ensuivent une assemblée générale et une petit fête. “La solidarité et la rencontre tissent une soirée qui prend les couleurs de l’espoir. Espoir qui sera peut-être dès demain barré par l’intervention de la police, l’expulsion, la rafle. Mais espoir que nous emporterons chevillé au corps, dans l’errance ou dans le énième recommencement, et que nul ne saura nous prendre.

Repris de sanspapiersnifrontieres

______________________________________________________________________________________

Le procureur a décidé d’envoyer un huissier pour constater l’occupation du lieu. Du coup ça veut dire que les occupant.e.s ne sont pas en flagrant délit mais reconnu.e.s comme domicilié.e.s au 10, Impasse des Salines.

Ce qui signifie que le squat tiendra le temps de la procédure d’expulsion.

Il y a pas mal d’appels à venir soutenir ce nouveau squat à Calais.

L’article sur indymedia Bruxelles, 14 juillet 2014

[Brésil] Agitation aux abords du stade Maracana et mise-à-jour sur les perquisitions et arrestations de la veille – 13 juillet 2014

Ce samedi 12 juillet au matin à Rio, les flics ont arrêté 19 personnes* soupçonnées d’avoir participé à l’agitation dans les rues avant et pendant la coupe du monde. 60 mandats de perquisitions entre autre pour regroupement armé en vue de commettre un délit ont été émis par l’Etat deux jours auparavant. Les personnes arrêtées ont été transférées immédiatement à la « Cité de la Police » (Cidade da Policia, un gros complexe de commissariats) et seront détenues pendant 5 jours. Dans un premier temps, les personnes arrêtées devaient être transférées à la prison « Bangu 8« . Mais les médias rapportent ce 13 juillet que les détenus seront transférés à la prison de Gericinó dans la zone ouest de Rio de Janeiro.

C’est dans ce contexte qu’a eu lieu la grande manifestation Nao Vai Ter Copa durant la finale qui s’est déroulée ce dimanche 13 juillet 2014. 

Plusieurs rassemblements et manifs se sont tenus dans la journée. L’Etat a bien évidemment sorti les grands moyens pour garantir la bonne tenue de cette cérémonie finale aux alentours du stade Maracana. Près de 30.000 flics de différents modèles (dont la cavalerie et les troupes de choc) ont été utilisés pour contenir la rage des protestataires. La station de métro de la place Saens Pena a été fermée par les flics tout l’après-midi, tout comme le secteur de la rue Conde de Bonfim: l’objectif de la police était bel et bien d’isoler les manifestant-es de la population, tout en les séquestrant à ciel ouvert.

Maraca1307

Plus de 300 personnes se sont donc rassemblées place Saens Peña à Tijuca en milieu d’après-midi avec comme but de se rendre au stade Maracana de Rio où se jouait la finale. De nombreux slogans ciblaient la police et la répression de la veille – demandant  la libération et l’arrêt des poursuites pour les 37 personnes interpellées au petit matin (16 sont ressorties libres du comico après avoir été entendues*). Les flics de la PM ont rapidement encerclé les manifestant-es, mais un groupe d’environ 150 masqué-es a tenté de percer les barrages policiers en direction du stade et des infrastructures de la FIFA mais a été repoussé par la PM à coups matraques et de grenades lacrymogène. Les plus gros affrontements avec les flics ont eu lieu sur cette place et fait de nombreux blessés du côté des manifestant-es et des journalistes présents (dont au moins 1 s’est fait casser un bras).

Selon le groupe d’avocats Habeas Corpus, 8 personnes ont été arrêtées et emmenées au 21e DP (à Bonsucesso) et au moins une autre à la 19 Cité à Tijuca.

Maraca1307-2

Samedi 12 juillet à Sao Paulo, plus de 200 personnes se sont réunies pour exiger la libération des deux manifestants interpellés suite à l’émeute du 19 juin dernier. Ils risquent une peine allant de 5 ans et 5 mois à 14 ans et 6 mois d’emprisonnement pour incitation au crime, association de malfaiteurs armés, résistance/désobéissance et possession d’engin explosif. L’ancien joueur international reconverti en homme d’affaires Ronaldo a été tourné au ridicule en se faisant représenter par une poupée pour ses déclarations de bourgeois sur les révoltés (en déclarant vouloir poser ses fesses sur la tête des vandales qui participent aux manifestations; il doit sûrement avoir des affaires dans l’automobile^^).

Infos piochées dans la presse mainstream

___________________________________________________________________________________

Le blog de la Croix Noire Anarchiste de Porto Alegre vient de changer de serveur, l’adresse actuelle est désormais :

cnapoa.wordpress.com

l’adresse mail reste la même : cnapoa[At]riseup[pt]net

*Les noms des 19 personnes détenues:

  • Elisa Pinto Sanzio Peintures « Sininho »
  • Gerusa Diniz Lopes » O Lê »
  • Tiago Teixeira Neves da Rocha
  • Eduarda Oliveira Castro de Souza
  • Gabriel da Silva Marinho
  • Kartayne Moraes da Silvia Pinheiro » Moa »
  • Eloisa Samy Santiago
  • Camila Rodrigues Aparecida Jourdan + APF
  • Igor Pereira Icarahy + APF
  • Emerson Raphael Oliveira da Fonseca
  • Rafael Barros Caruso
  • Proença de Carvalho Felipe Moraes » Rataô »
  • Felipe Carvalho Frieb
  • Pedro Pedro Maia Brandão « punk »
  • Bruno Souza Vieira Machado
  • Rebecca Martins de Souza
  • Joseane Maria Araujo de Freitas
  • Eronaldo Araujo da Fonseca – Armes et munitions
  • Sarah Borges Galvão de Souza – « Drogua

9 personnes qui n’ont pas été placées en détention mais qui font face à des poursuites:

  • Luiz Carlos junior Rendeiro » Game Over »
  • Dreyer Luiza Rodrigues de Souza
  • Ricardo Calderon Egoavil Karyu » »
  • Igor Mendes da Silva
  • Drean Moraes Moura Correa » DR »
  • Shirlene Feitoza da Fonseca
  • Leonardo Pereira Fortini Baroni
  • Pedro Mascarenhas Guilherme Freire
  • André de Castro Sanchez Basseres

Parmi les personnes arrêtées au petit matin, il y a l’activiste de Porto Alegre Elisa Sanzio, qui est poursuivie pour crime informatique(soit activités/agitation anarchistes sur internet). De nombreux mineur-es se trouvent parmi les personnes séquestrées. On peut voir une vidéo de l’opération policière ici

Les infos en portugais

[Italie] Attaques en solidarité avec les anarchistes arrêté-es le 3 juin dernier

Attaque incendiaire en solidarité avec les compagnon-es arrêté-es le 3 juin dernier à Turin

A Rome, une agence commerciale de l’entreprise de construction Progedil a été incendiée. L’attaque incendiaire a été réalisée en solidarité avec les compagnon-es perquisitionné-es et arrêté-es le 3 juin dernier à Turin. Un message a été inscrit sur la façade disant « Liberté pour Fabio, Michele, Andrea, Paolo, Toshi, Chiara, Claudio, Niccolò, Beppe, Francesco, Daniele, Marianna e Nicolò ».

Traduit de informa-azione, 2 juillet 2014

________________________________________________________________________________________

[Bologne] L’agence bancaire CarisBo attaquée en réponse à la répression du 3 juin dernier

Dans la nuit du 18 Juin 2014 à Bologne, les vitres de la banque Carisbo Via Fioravanti à Bologne ont été brisées en solidarité avec les compagnon-es de Bologne et de Turin arrêté-es lors des récentes rafles infâmes.
Carisbo, banque affiliée à Intesa San Paolo, est impliquée dans la construction de projets de grande envergure et de restructuration dans plusieurs territoires.

Tous libres !
La lutte ne s’arrête pas!

Traduit de l’italien de informa-azione, mardi 1er juillet à 17h54

___________________________________________________________________________________________

ré-examen

Le tribunal de ré-examen (équivalent aux demandes de remise en liberté en France, ndt) a en bonne partie confirmé les mesures carcérales décidées par le juge le 3 juin dernier.

Beppe, Daniele, Francesco, Marianna et Nicolò sortent de prison, mais pour être en résidence surveillée.

Pour ceux qui étaient déjà en résidence surveillée, la mesure est confirmée.

Andrea, Fabio, Michele, Paolo, Toshi, Chiara, Claudio et Niccolò restent en prison.

Pour leur écrire :

  • Andrea Ventrella* C.C. Via Port’aurea, 57 – 48121 Ravenna;
  • Paolo Milan e Toshiyuki Hosokawa C.C. Località Les Iles, 14 – 11020 Brissogne (Aosta);
  • Michele Garau C.C. Strada Quarto Inferiore, 266 – 14030, località Quarto d’Asti, Asti;
  • Fabio Milan C.C. Via del Rollone, 19 – 13100 Vercelli;
  • Niccolò Blasi C.C. San Michele strada Casale, 50/A – 15121 Alessandria;
  • Zenobi Chiara e Alberto Claudio C.C. Via Maria Adelaide Aglietta, 35 – 10151, Torino;
*Depuis le 3 juillet 2014, Andrea n’est plus incarcéré à la prison de Ravenne et a été transféré à la prison d’Asti.
Pour lui écrire:
Andrea Ventrella C.C. Strada Quarto Inferiore, 266 – 14030, località Quarto d’Asti, Asti
Traductions de macerie (ici et )
__________________________________________________________________________________
Jeudi 3 juillet à Bologne, une manifestation s’est tenue contre les expulsions de logements, la restructuration urbaine et la gentrification. La police a été déployée en masse dans la zone du rassemblement. Les autorités ont semble-t-elles gardées quelques traces des nuits agitées de ces derniers temps contre les locaux du parti au pouvoir (PD) et  plusieurs établissements bancaires**… Le matin même, une dizaine de domiciles de compagnon-es ont été perquisitionnés entre Bologne et Forli. Un texte de réflexion sur cette dernière opération policière contre les compagnon-es est consultable en italien ici.
"pas d'expulsion pas de flics pas de gentrification"

« pas d’expulsion pas de flics pas de gentrification – La bolognina est populaire – Occupe résiste lutte (A) »

**En plus d’une longue série de sabotages de guichets automatiques de banques en réponse aux vagues répressives contre les compagnon-es (No TAV incarcéré-es depuis décembre 2013 et les arrestations du 3 juin dernier concernant la lutte contre les sfratti)…
Dans la nuit du 31 juin au 1er juillet 2014, les locaux des fascistes de la CasaPound, situés via Malvolta, ont été attaqués à l’engin explosif. Après avoir démarqué la zone de l’attaque afin de ne blesser personne, les compagnons ont déposé un petit engin explosif composé d’un tube métallique rempli de poudre à canon devant l’entrée, endommageant sérieusement la porte et la façade vitrée.

[Brésil] Affrontements en marge de la rencontre Brésil-Mexique à Fortaleza – 17 juin 2014

Fortal17062014Mardi 17 juin, plus de 300 personnes se sont rassemblées tout près du stade Arena Castelão à Fortaleza où se tenait la rencontre de foot Brésil-Mexique. Les manifestant-es ont tenté de passer les barrages policiers, qui les ont dispersés une demi-heure avant le début de la rencontre à coups de lacrymo et tirs de flashball. Les protestataires ont répliqué en attaquant les flics avec des pierres et des bâtons. A noter que les flics brésiliens ont fait usage pour la première fois de canons à eau.

C’était une sacrée pagaille durant l’après-midi aux alentours du stade, avant, pendant et après le match. Avant la rencontre, des cars de spectateurs en direction du stade ont été bloqués, tandis qu’un touriste s’est mangé quelques coups… (Il est rapporté dans la presse que deux touristes ont voulu faire leurs justiciers en attaquant la manif). Les manifestant-es ont réussi à bloquer pendant quelques instants la grande avenue Alberto Craveiro, par laquelle passe une bonne partie des cars de touristes et de joueurs. Les barrières et mobilier de sécurité du stade ont été défoncés. Les flics ont revendiqué après la journée près de 30 arrestations: parmi elles, 11 personnes sont mineures. La plupart comparaîtra pour « destructions de biens en réunion ». Dans la matinée, une manif contre le mondial a provoqué la fermeture de l’autoroute en direction du stade Arena Castelão pendant plusieurs heures, mais les flics n’ont pas eu de mal à les dégager pacifiquement.

Par ailleurs, on apprend que la star de la planète football, Cristiano Ronaldo, bénéficie d’une cinquantaine de gardes du corps et agents de sécurité en moto et hélico’ pour son passage d’un peu plus d’un mois au Brésil. Tout cet arsenal est bien évidemment payé par l’Etat portugais.

Reformulé de la presse portugaise par nos soins, 17/06/2014

[Brésil] Nouvelles des protestations anti-mondial du week-end des 14 et 15 juin 2014

Dimanche 15 juin dans la soirée, une manif contre la FIFA et la coupe du monde est partie de la Plaza Saens Peña du quartier de Tijuca dans la zone nord de Rio de Janeiro pour se rendre au stade Maracana où se tenait le match Argentine-Bosnie.

Marac4Les manifestant-es -qui étaient près de 300 selon la presse brésilienne- ont fait face à plusieurs cordons de flics antiémeute tout en tentant de passer à travers, mais les flics les ont repoussé et dispersés à coups de lacrymos et de grenades assourdissantes. L’agitation et les affrontements dans le secteur ont provoqué des kilomètres de bouchons en direction du stade. Les flics s’étaient également positionnés devant une station de métro proche (sans doute le traumatisme lié au saccage de la gare de Sao Paulo il y a quelques mois). Plusieurs commerçants à proximité du stade se sont barricadés en voyant débouler un cortège déterminé de  manifestant-es cagoulé-es.

Après une tentative de bloquer l’accès au stade, 50 manifestant-es du black bloc se sont détaché-es de la manif et ont attaqué les flics avec des cocktails molotov. Des poubelles ont été vandalisées et trois agences bancaires ont été attaquées dans le secteur de Vila Isabel.

Marac1

Un manifestant gazé à bout portant par les porcs Avenue Maracana

Un manifestant gazé à bout portant par les porcs Avenue Maracana

Marac3

Les flics anti-émeute protégeant le temple de la Fifa

Les flics anti-émeute protégeant le temple de la Fifa Avenue Maracana

Plus tôt dans la journée, une manif -avec un nombre de participant-es similaire- s’est déroulée à Brasilia à proximité du stade où se tenait le match Suisse-Equateur. Les flics en nombre et équipés (flics à cheval, hélicos, PM, GRC…) ont dispersé les protestataires.

Samedi 14 juin, 250 personnes se sont rassemblées à Belo Horizonte contre la tenue de la recontre Colombie-Grèce, durant lequel 11 manifestants ont été séquestrés par la police (mais c’est resté bien plus pacifié que la manif organisée le jour de l’ouverture du mondial).  La veille (13/06/2014), 100 personnes défilaient à Salvador et se faisaient disperser sans ménagement avec utilisation massive de gaz lacrymo par les agents de l’Etat.

Depuis l’inauguration de cette coupe de monde le 11 juin dernier, plusieurs sites de sponsors du mondial, de la FIFA mais aussi des sites gouvernementaux ont été hackés. Les chaînes de retransmission télévisée des matchs du mondial ont quant à elles reçues des menaces d’attaque, comme la chaîne BeInSport (qui avait notamment été piraté lors de la coupe du monde 2010).

On peut aller voir le compte-rendu assez complet de fr.squat.net sur la journée du 12 juin dernier à Sao Paulo, qui a été faite d’affrontements et de blocages à l’occasion du 1er match de la sélection du Brésil.

Reformulé depuis leur presse – 15 et 16 juin 2014

[Bruxelles] Récit de la manif contre les rafles et contre la maxi-prison du 7 juin dernier à Anderlecht

Dans la rue contre la maxi-prison et contre les rafles (Anderlecht, 7 juin 2014)

Pendant deux semaines, notre présence pour appeler à cette manifestation a été plutôt palpable dans les quartiers d’Anderlecht, Saint-Gilles, Forest, Anneessens et Molenbeek. Que ce soient la quinzaine de milliers de tracts distribués, le millier d’affiches collées sur les murs ou tout simplement les rencontres et petites discussions lors des différentes initiatives. On pense qu’on a quand même réussi à se donner les moyens, autonomes et non-médiés, pour faire en sorte que la plupart des gens habitant dans ces quartiers soient au moins au courant de cette initiative de lutte, qui a été accueillie avec beaucoup d’enthousiasme par de nombreuses personnes. Malgre l’enthousiasme qu’elles pouvaient exprimer pendant les distributions de tracts, on s’est retrouvé presque uniquement entre compagnons et compagnonnes. D’un côté, cela ne nous empêchera pas de continer à proposer des occasions pour lutter ensemble, et de l’autre, de construire un parcours autonome de lutte. On sait très bien que le problème de la prison, ce n’est pas seulement les murs, les gardiens et les barreaux, c’est aussi la réproduction du rôle de prisonnier qui en assure la perennité. Notre lutte, ce n’est pas seulement une lutte contre la construction d’une maxi-prison, les rafles ou contre l’aménagement de la ville en grande prison à ciel ouvert. C’est aussi un combat, plus profond encore, plus difficile encore, un combat acharné et virulent, un combat contre la resignation sur laquelle repose ce monde pourri.

Anderlecht,
10 juin 2014

feuauxcomicos feu_aux_prisons

Voici le texte du tract appelant à cette initiative :

Toujours plus de taules…
toujours plus de contrôles…
toujours plus de place pour les bourges…
Est-ce qu’on veut les laisser faire ?

affiche_dans_la_rueDe jour en jour, Bruxelles se transforme en ville fliquée, que les eurocrates et autres bourges aménagent pour leur propre confort. Suffit de voir ce qu’est devenue la zone du canal, avec ses lofts, sa tour pour riches et ses belles péniches. Ou encore la gare du midi, qu’ils « nettoient » pour accueillir les entreprises et leur sale pognon.

À cela s’ajoutent toujours plus de contrôles et de rafles pour mettre la main sur tous les illégaux, que ce soit dans la rue ou dans les métros. La Stib organise avec les flics des méga contrôles, pour s’emparer des sans-papiers, et des clandestins. Ils veulent par là se débarrasser de tous ceux qui ne respectent pas leurs lois. Dans cette logique, une nouvelle aile spéciale encore plus sécurisée vient d’ouvrir au centre fermé de Vottem pour les sans-papiers qui ouvrent un peu trop leur bouche.
L’État prévoit aussi de construire 12 nouvelles prisons, dont la plus grande de l’histoire belge à Haren dans le nord de Bruxelles. Ils nous font croire que ces nouvelles prisons seront « plus humaines », mais une cage reste une cage. Ils veulent surtout protéger leurs privilèges et leur pouvoir. La prison cherche avant tout à calmer les esprits de ceux qui n’acceptent pas la vie qu’on leur impose et met toujours plus à l’écart les gens qui ne respectent pas leur paix sociale…

Si toi aussi, t’en as marre de voir les caméras envahir la ville pour toujours plus nous contrôler, si t’en as marre de voir les uniformes se multiplier, si t’en as marre de voir tes potes devenir des agents de sécurité, si t’en as marre de voir Bruxelles se transformer en ville-prison et si tu veux en finir avec les mots « commander » et « obéir »…

Alors le samedi 7 juin à 16h, retrouvons-nous dans la rue (place du Conseil à Anderlecht) pour partager notre rage contre la prison et toutes ces merdes et trouvons de la force pour lutter contre tout ce qui nous révolte !

Repris de la cavale

[Suisse] McDo attaqué près de Bâle et manif sauvage au siège de la Fifa à Zürich

Dans la nuit du 12 au 13 juin, à Allschwil en banlieue de Bâle, un McDonalds a été attaqué avec des pierres. De plus, on pouvait lire « pas de coupe du monde – Liberté (A)« .

En plus d’innombrables raisons, McDonalds contribue en tant que sponsor à la coupe du monde de la FIFA au Brésil.

Traduit de l’allemand de ch.indymedia.org.de, 14 juin 2014

___________________________________________________________________________________________

Près de 150 personnes ont manifesté samedi 14 juin dans l’après-midi à Zürich jusqu’au siège de la Fifa contre la coupe du monde au Brésil et en solidarité avec les révoltés, avec pour slogan « Nous aimons le football- Nous haïssons la FIFA ». Les enseignes et le mobilier ont été tagués. La plaque de la rue a été démontée. L’appel à se rassembler n’a pas été déclaré auprès des autorités. Il n’y a pas eu d’arrestations.

fifaZurich fifaZurich2

Reformulé depuis leur presse suisse allemande (+ une vidéo de la manif), 14/06/2014

[Brésil] Emeutes à Rio, Belo Horizonte, Porto Alegre et Sao Paulo au premier jour du mondial de foot – 12 juin 2014

Certains Brésiliens n’apprécient pas que 11 milliards aient été dépensés pour accueillir le Mondial. L’ouverture de la compétition a été précédée d’affrontements, ici à Rio de Janeiro, mais aussi à une dizaine de kilomètres du stade de Sao Paulo où s’est tenu le premier match entre le Brésil et la Croatie.

Les studios de la télévision brésilienne ITV, installés sur la plage de Copacabana, à Rio, ont été pris pour cible, une pierre a endommagé la vitre. Le footballeur français Patrick Vieira participait à l’intérieur à une émission.

Rio de Janeiro le 12 juin

Rio de Janeiro le 12 juin

Dans la journée à Sao Paulo, des affrontements violents avaient éclaté entre un petit groupe de radicaux masqués et la police, en marge d’un rassemblement pacifique de quelques centaines de manifestants. D’autres heurts ont opposé manifestants anti-mondial et policiers à Belo Horizonte dans le centre du pays, où des banques et des commerces ont été endommagés.

SP2

Un véhicule de la presse brésilienne après le passage de la manif anti-mondial…

La vidéo de leur média

Leur presse – euronews.fr, 13/06/2014 à 04h11

_____________________________________________________________________________________

BH3A Belo Horizonte, l’après-midi a été bien agité lorsque la manif est descendue Avenida Bias Fortes: la police militaire s’est fait défoncer plusieurs voitures. Des magasins et des banques (dont une agence ‘Santander’) ont été attaquées à coups de pierres. Les bataillons de choc de la PM se sont rapidement positionnés et ont fait abondamment usage de flashballs lorsqu’un groupe de supporters de l’équipe du Brésil s’est fait encercler par des manifestant-es. Vingt minutes plus tard, ce sont les vitres de plusieurs banques qui sautent Avenida Joao Pinheiro, tandis qu’un véhicule de la police civile a été retournée puis incendiée. Par ailleurs, un journaliste de Reuters s’est mangé une pierre sur crâne lors des affrontements. Au final, six manifestant-es ont été arrêté-es (les chiffres de la répression varient selon les articles de presse, et celui-ci actualisé à 20h38 parle de 12 arrestations). Ils comparaîtront devant le tribunal pour actes de vandalisme.

BH BH2 BH4

A Porto Alegre, des manifestations enragées contre le mondial et tout ce qui le produit se sont aussi tenues (comme le montre les photos reprises de  noticias.terra.com.br):

PA1 PA2

Repris de la presse brésilienne, 12/06/2014