Archives du mot-clé solidarité avec les prisonniers

[Atlanta, USA] Solidarité avec Luke O’Donovan !

lukeodonovanLe soir du réveillon du Nouvel An 2013, Luke O’Donovan a assisté à une fête dans une maison à Reynoldstown, un quartier d’Atlanta en Géorgie. Luc a été vu danser avec d’autres hommes et les embrasser durant la fête. Plus tard dans la nuit, il a été insulté par des homophobes, et attaqué par plusieurs personnes en même temps. Luke a tenté en vain de s’échapper, et à ce moment plusieurs témoins ont déclaré avoir vu entre 5 et 12 hommes se ruer sur Luke et lui piétiner ​​la tête et le corps, manifestement avec l’intention de le tuer. Luke a été appelé « faggot »* avant et pendant l’agression. Durant l’agression, Luke et cinq autres personnes ont été poignardés. Luke a ensuite été emprisonné et inculpé de cinq chefs d’accusation pour agression à main armée, ainsi que pour tentative de meurtre. Il a passé deux semaines et demi en prison sans caution avant d’être libéré sous conditions qui ont considérablement affecté sa vie. Aucune des autres personnes impliquées dans l’altercation n’a été inculpée.

Luke est un jeune homme queer résidant dans la région métropolitaine d’Atlanta. Au moment de son arrestation, Luke était un étudiant au Georgia Gwinnett College et avait prévu son transfert à l’Université d’Etat de Georgie – un projet qu’il a ensuite dû abandonner en raison des frais juridiques, médicaux et de sa libération sous conditions. Les conditions d’obligation de Luke l’ont contraint à déménager de la maison qu’il habitait, et l’ont empêché d’interagir avec une grande partie de sa communauté dans le nord d’Atlanta.

Le procès de Luc s’est conclu le 12 août 2014, quand il a accepté un amménagement de peine. L’accord négocié est le suivant: Luke sera dans le système pénitentiaire de Géorgie pendant 2 ans à compter du 12 août, après quoi il commencera huit ans de mise à l’épreuve drastique. Au moment du rendu de la peine, le juge a ajouté à l’aménagement de peine que Luc sera banni de l’état de Géorgie durant les huit années de sa mise à l’épreuve. […]

On peut lui écrire à cette adresse:

Luke Patrick O’Donovan
c/o: Fulton County Jail
#1418937
5N 112
901 Riz Street NW
Atlanta, GA
30318-4938

Il est possible aussi de lui envoyer de l’argent par

Pour contacter l’équipe de soutien à Luke:

  • [email protected]

Le site: letlukego.wordpress.com

Même si le texte ne l’évoque pas, la solidarité s’exprime aussi et surtout en actes… Comme récemment aux Etats-Unis et en Allemagne…

  • A Chapel Hill (USA):

Dans les premières heures du 14 août, trois véhicules de police de type ‘Cruizer’ ont été défoncés au commissariat central de police à Chapel Hill, en Caroline du nord. Un message a aussi été peint sur une des voitures, disant « Pour Luke ».

Ceci a été fait comme petit geste de solidarité avec Luke O’Donovan* d’Atlanta (Géorgie), qui a été condamné à deux ans de prison pour s’être défendu face à cinq agresseurs homophobes. Nous espérons que ceci lui apporte un sourire au visage.

Nous avons aussi effectué cet acte en solidarité avec les émeutiers et les pillards de Ferguson qui, face à la brutalité continue de la police raciste, ont inspiré le monde avec leur résistance courageuse contre les forces étatiques, le capital et la suprématie blanche.

A la fois en petits groupes et en quartiers entiers, c’est possible de résister.

Quelques anarchistes.

Traduit de anarchistnews

  • A Minneapolis (USA):

« Luc O’donovan libre (A) révolte Queer » et « www.letlukego.wordpress.com » ainsi que d’autres choses ont été tagués dans les environs de Minneapolis. Nous espérons que lorsque Luke sortira, il nous donne un gros câlin et mange des feuilles de chou avec nous. Nous t’aimons Luke. Nique les flics, les tribunaux, les prisons et les fanatiques comme ces connards qui t’ont poignardé. A bientôt, mon ami.

Traduit de anarchistnews, 19 août 2014

  • A Berlin (Allemagne):

Plus tôt cette semaine, ici à Berlin, nous avons jeté des pavés à travers les fenêtres d’un bureau du parti social-démocrate d’Allemagne. Nous avons attaqué avec dans nos pensées le camarade Luke O’Donovan. Comme Luke, notre humble action a été motivée par un amour de la vie et un rejet actif d’une résignation à la mort.

Traduit de anarchistnews, 17 août 2014

Note:

*Insulte homophobe outre-atlantique

En lutte contre la construction d’une maxi-prison à Bruxelles

Pas de nouvelles prisons, pas de maxi-prison à Bruxelles!

Depuis quelques années, les murs des prisons sont percés par des révoltes, des mutineries et des évasions. Des prisonniers rebelles ont démoli des infrastructures carcérales, allumé des feux, refusé de réintégrer les cellules après le préau, sont montés sur les toits pour marquer leur rage. Ils ont pris des matons en otage, ouvert les portes des cellules pour tout le monde sur la section, attaqué la police en intervention. Le pouls s’accélère, la respiration devient plus profonde. Dans la révolte, nous découvrons la liberté.
A l’extérieur des murs aussi, certains serrent les poings et passent à l’offensif. De manifestations en attaques contre les entreprises qui font leur beurre sur l’enfermement. D’embuscades contre les matons, de l’incendie des voitures et de la villa du directeur de la prison de Bruges aux bombes sur le chantier de la nouvelle prison à Marche et à l’incendie destructeur sur le chantier de la nouvelle prison psychiatrique à Anvers. De l’organisation d’évasions en émeutes dans les quartiers. Les murs des prisons se sont souvent avérés de ne pas être assez costaux.
Mais face à la révolte, il y a la répression. L’État l’annonce depuis moment : la construction de 13 nouvelles prisons modernes et efficaces. Certaines sont déjà en construction, pour d’autres le gouvernement cherche encore des sites. Mais il est certain qu’à Bruxelles aussi, le pouvoir veut une nouvelle prison, la plus grande de toutes. Il veut la construire sur le territoire de la commune de Haren, entre Evere et Schaerbeek. Et qu’on se trouve dedans ou dehors, l’ombre de cette prison sera une chaîne autour du cou de nous tous.

Pas de ville-prison!

Ce n’est pas seulement pour dompter la révolte à l’intérieur des prisons que l’État veut construire cette nouvelle maxi-prison. Cette prison deviendra aussi un élément indispensable dans ce que les puissants sont en train de faire en général.
Ici à Bruxelles, le pouvoir est en train de mutiler une population entière, sans honte. Des projets de construction pour les puissants et leur fric poussent comme des champignons pendant que le Bruxelles d’en bas est enfoncé encore plus dans la misère ; les loyers augmentent, les allocations et les salaires diminuent. Les conditions de travail se dégradent, les lois sur l’immigration se durcissent. La zone du canal à Molenbeek est transformé en quartier branché pour riches, érigeant un vrai mur entre la galère d’un côté et l’insouciance arrogant des riches et leurs commerces de luxe. Au nord de Bruxelles, un tour, le plus haut de la ville, est érigé: conçu spécialement et uniquement pour offrir des logements de luxe aux eurocrates et aux dirigeants d’entreprises. La différence de ceux d’en haut et de ceux d’en bas ne pourrait pas être plus marquée.
Là où s’impose la fortune, le pouvoir a besoin de se protéger des opprimés, de protéger lui-même et sa propriété. La brutalité des sales keufs va de pair avec la lâcheté de leurs caméras et celles des bourges du coin. La nouvelle prison à Haren servira dans l’avenir à enfermer au moins 1200 personnes. Comme s’il n’y avait pas déjà assez de coups à endurer, pas assez de misère et de souffrance !
Aussi dans cette ville, qui commence à ressembler toujours plus à une prison, c’est la révolte qui nous donne de l’oxygène. La révolte contre les responsables de cette vie enchaînée. La révolte contre les milliers de murs qu’ils ont construits, partout autour de nous. La révolte pour pouvoir être libre, pour pouvoir respirer en être libre.

Alors, vive la mutinerie !

Tout plan peut être gâché, toute construction peut être sabotée, tout pouvoir peut être attaqué. La lutte contre la construction de cette maxi-prison doit être une lutte directe et offensive, c’est la seule manière de l’empêcher. On ne peut confier cette lutte à qui que ce soit (partis, syndicats,…), elle doit partir de nous-mêmes. Ce que nous proposons, c’est d’un côté une lutte qui mette des bâtons dans les roues de ceux qui veulent construire cette atrocité et en faire du fric (entreprises de construction, architectes, responsables politiques,…). De l’autre, une lutte qui tende à intervenir directement dans les rues contre tout ce qui nous emprisonne au quotidien autant que la nouvelle prison le fera.
Le pouvoir veut nous faire croire qu’on ne peut rien faire. Il se veut invulnérable. Mais les choses ne sont pas comme ça. Le pouvoir peut être attaqué partout où il se concrétise : dans ses bureaux, dans ses institutions, dans ses uniformes. Et cela, cette révolte, ne dépend que de nous-mêmes.

Ni politiciens, ni chefs: auto-organisation pour lutter contre le pouvoir!

Pas de nouvelles prisons: attaquons les entreprises qui les construisent!

Barrons la route aux projets de luxe et de contrôle: sabotons leurs chantiers!

Qui se fait  du fric sur l’enfermement?

• Des constructeurs comme Valens, Bam et Denys; Cordeel, Willemen et Interbuild.
• Des architectes comme Buro II & Archi+I, Jaspers & Eyers, DDS & Partners, CERAU, Assar,
• Des banques comme BNP Fortis/Paribas, Belfius, ABN Amro et KBC
• Des boîtes comme Fabricom Cofely Services, Sodexo, Cegelec, Dalkia, Eurest et Cofinimmo

Une liste complète se trouve sur le site www.lacavale.be

Tiré de Hors-Service n°45

[Prison de Besançon] Des coups pleuvent sur trois matons (juillet/août 2014)

[On apprend mercredi 6 août via Fr3franche-comté, que l’été est chaud pour les matons de la maison d’arrêt de la Butte… ça fait quelques temps que des prisonniers se révoltent sporadiquement face aux conditions d’enfermement, aux humiliations quotidiennes… Comme toujours, la presse relaie l’AP, avec en fin d’article une pleurnicherie sur leur manque d’effectif dont ces deux organes du pouvoir sont coutumiers]

Besançon : trois surveillants pénitentiaires agressés

Le premier a reçu un coup de poing dans la mâchoire, le deuxième a eu le nez cassé. Hier encore un autre s’est fait agressé par une… cuillère. Rien de grave pour ce dernier, mais les agressions à répétition en disent longs sur la sécurité de ces agents.

Hier, mardi 5 août, un agent a fait les frais d’une agression avec une cuillère.  » Cet agent contrôlait la cour avant la promenade lorsqu’il était régulièrement appelé par un détenu. Il a alors rendu visite à l’homme pour savoir ce dont il avait besoin mais il s’est fait agressé par une cuillère, ça aurait pu être autre chose «  explique-t-on à lUFAP-UNSA Justice.

Lundi dernier, le 28 juillet, deux agressions, plus graves celles-ci, se sont déroulées dans la même maison d’arrêt. Un surveillant a reçu un coup de poing dans la mâchoire.

Le  » détenu-agresseur « , un homme d’une quarantaine d’années, a donc été amené en prévention au quartier disciplinaire. Mais sur le chemin, cet adepte des coups, agresse un deuxième surveillant, en lui donnant un coup de tête cette fois-ci au niveau du nez.

 » C’est récurrent, c’est notre quotidien. Quand ce ne sont pas les insultes, ce sont les agressions physiques. De nos jours, pas un seul surveillant ne peut dire qu’il ne se fait agressé chaque jour « .

A la prison de Besançon, 91 personnels pénitentiaires se relaient. Il en faudrait 10 de plus.

écrit par Vanessa Hirson et publié le 06/08/2014 à 16h02

[Olympia, USA] Attaque d’un concessionnaire Nissan en solidarité avec les prisonniers 5E3

Olympia, Washington: Attaque d’un concessionnaire Nissan en solidarité avec les prisonniers 5E3 faisant près de 100.000 $ de dégâts

banda5eDans les premières heures du vendredi 18 juillet, nous avons attaqué le concessionnaire Nissan dans une zone commerciale à Olympia en pulvérisant du liquide de frein sur les carosseries et en crevant les pneus de voitures neuves prêtes-à-être vendu*. Nous l’avons fait en solidarité avec Amélie, Carlos, et Fallon (plus connu-es comme les prisonniers 5E3.).

Ces trois personnes ont été arrêtées dans la ville de Mexico en janvier 2014 dans le cadre de l’attaque incendiaire d’un bâtiment et d’un concessionnaire de véhicules Nissan dans le centre de la ville. Que ces trois personnes soient innocentes ou coupables, nous savons qu’elles désirent un monde libre de toute domination, un monde où l’anarchie a un potentiel de s’épanouir et que nos ennemis sont contraints de faire face à des attaques constantes. Nous savons qu’Amélie, Carlos**, et Fallon sont des personnes courageuses qui seront en mesure de gérer tout ce que n’importe quel force étatique décide d’abattre sur eux. Nous sommes inspirés par leur courage, et leur enfermement nous fait uniquement souhaiter que continuent nos attaques contre les institutions de la domination, nous soutenant les uns les autres, d’un désir d’un monde sans prisons ni capital.

Nous avons attaqué ce concessionnaire pour faire savoir à nos compagnon-nes qu’il-elles ne sont pas seul-e-s, que malgré leur emprisonnement la lutte anarchiste continue. Nous espérons voir davantage d’actions de ce genre se produire.

Rappelez-vous; C’est facile d’attaquer !

Post-scriptum - Selon les Media Mainstream (lien ici) les vitres du concessionnaire ont également été brisées. Bien que nous le souhaitions, nous pourrions dire que nous prenons crédit de cela, mais nous sommes un peu perplexe sur la façon dont cette action a eu lieu, parce que tout ce que nous avons utilisé était du liquide de frein et des coûteaux. Peut-être le concessionnaire a eu l’espoir d’obtenir plus d’argent de l’assurance de cette situation? Comme nous le savons, tous les capitalistes sont des parasites. En effet, si un autre vandale est passé ce soir-là - chapeau bas !

Traduit d’anarchistnews

Note de traduction:

*la presse dominante parle de 23 voitures dégradées, avec un total de 100.000 dollars de dégâts

**Une lettre récente de Carlos « Chivo », un-e des trois incarcéré-es, a été publiée sur non-fides

[Grèce] Grève des prisonniers et attaque d’une agence bancaire en solidarité à Volos (juin 2014)

Les prisons suivantes ont participé au mouvement national de grève des plateaux [contre la création de prisons de haute sécurité, voir ici] continue (liste non-exhaustive) : Korydallos, Kerkyras, Domokos, Patras, Larissa, Alikarnassou, Diavaton, Grevenon, Nafplio, Avlonas, Nygritas Serron, etc.

La participation totale atteint les 90 %.


A Volos, Grèce, attaque solidaire contre une banque :

Nous avons mené à l’aube du 6 juin une attaque contre la banque Alpha Bank à l’angle des rues Athinon et Larissis.

Nous avons choisi une telle action comme un moyen d’attaque contre les plans de l’état pour la création de prisons de type C d’une part et de l’autre comme signe de solidarité avec les personnes en lutte emprisonnées.

Si vous voulez des vitrines sans aucune ride, vous devrez vous enfermer derrière les volets de sécurité.

Nous accueillons avec joie chaque action qui brise l’inertie et vise à la déconstruction totale de l’existant.

Lutte polymorphe jusqu’à la destruction de chaque structure autoritaire.

Poudre noire et feu contre toutes les prisons.

Anarchistes

Repris de non-fides.fr

On peut aller lire le texte du comité de lutte des prisons traduit du grec par contrainfo

[Italie] Attaques solidaires et mise-à-jour sur la situation des prisonniers anarchistes (16-17 juin 2014)

Cremone – Attaques solidaires avec les compagnon-es de Turin, de Bologne et les prisonniers No TAV

Dans la nuit du 17 juin 2014 à Cremone, les bureaux de l’entreprise lombarde Aler de construction de logements résidentiels, situés Via Manini, ont reçu de la visite: porte et murs du bâtiment ont été souillés par des seaux de peinture rouge en solidarité avec les compagnon-es frappé-es par les récentes opérations répressives à Turin (perquisitions et expulsions contre celles et ceux qui luttent pour se loger). En plus des grosses traces de peinture, des tags disaient « Basta sfratti » [=Stop aux expulsions], « Solidarité avec ceux qui résistent », « Solidarité avec les compagnon-es de Turin et de Bologne »… Dans la même nuit, une agence bancaire Intesa San Paolo, banque réputée pour collaborer au projet de la LGV Lyon-Turin, a eu ses fenêtres recouvertes de peinture rouge et de slogans tagués en solidarité avec les prisonniers de la lutte No TAV. 

____________________________________________________________________________________________________

Le 16 juin à Bologne, le siège du Parti Démocrate Via delle Grazie a été recouvert de peinture rouge. Un slogan précisait « Le PD protège les riches contre les pauvres ».

____________________________________________________________________________________________________

Mardi 17 juin, Nicolò – compagnon de Turin arrêté et incarcéré à la prison de la Vallette suite à l’opération répressive du 3 juin dernier – a débuté une grève de la faim contre le régime d’isolement qu’il subit.

_____________________________________________________________________________________________

Quant aux prisonniers No TAV depuis décembre dernier, les trois compagnon-e-s (Chiara, Claudio et Niccolo) font face à une autre enquête à leur encontre suite à l’opération répressive du 3 juin dernier. A cela s’ajoute de nouvelles restrictions concernant leurs détentions.

Chiara et Claudio ont été transféré-e-s temporairement à la prison de la Valette pour assister aux audiences du procès « Compressor ».

Pour écrire aux camarades:

Chiara Zenobi
Claudio Alberto
Maria Adelaide Aglietta via CC 35-10151 Torino, Italie

Mattia Zanotti
Niccolò Blasi
CR Via Casale San Michele, 50 à 15100 Alessandria, Italie

[Marseille] Faîtes de la zik contre tous les enfermements (le 21 juin 2014 devant la prison des Baumettes)

Voir l'affiche en gros plan

Voir l’affiche en gros plan

Mailing-list Marseille Infos Autonomes

[Paris-Montreuil] Sabotage incendiaire en solidarité avec les prisonniers anarchistes en Italie – 13 et 18 mai 2014

Le mardi 13 mai, un utilitaire SPIE est incendié rue de Mouzaïa (dans le XIX), puis un véhicule ONET Sécurité le dimanche 18 rue Kleber à Montreuil (93).

Parce que ces deux entreprises participent au contrôle social avec leurs caméras et leurs vigiles.

Solidarité avec les anarchistes emprisonné.e.s en Italie

Liberté pour Adriano et Gianluca

Liberté pour Nicola et Alfredo

Liberté pour Mario, Alberto, Luca et Francesco (et bonne route à Vincenzo)

Liberté pour tous.tes !

Source

[Lyon/Grenoble/Chambéry] Consulats d’Italie attaqués en solidarité avec les compagnon-es No TAV en procès – 22 mai 2014

Le consulat d’Italie visé par les anti Lyon-Turin

La façade a été taguée et de l’huile et du goudron ont été renversés sur le bâtiment du 6e arrondissement de Lyon, 5 rue du Commandant Faurax.

notavLyon1

L’inscription « No TAV Liberi » est encore visible ce jeudi midi alors que les dégradations ont été commises la nuit dernière. Cette action a probablement un lien avec le procès d’opposants au projet de TGV entre Lyon et Turin qui se déroule en ce moment en Italie. Les consulats italiens de Grenoble et de Chambéry ont également été la cible des « No TAV ».

A Lyon, une enquête a été ouverte, et les images des caméra de videosurveillance devraient être exploitées pour tenter de retrouver les auteurs de ce tag.

notavLyon2

Leur presse – Lyonmag.fr, 22/05/2014 à 13h33

___________________________________________________________________________________________________________

Grenoble : les « No Tav » taguent le consulat d’Italie

La façade du consulat d’Italie à Grenoble, situé 15 cours Jean-Jaurès, a été taguée et aspergée de peinture dans la nuit de mercredi à jeudi. Les inscriptions apposées sur la porte demandent la libération de plusieurs activistes du mouvement dit des « No Tav », ces opposants à la construction de la ligne ferroviaire Lyon-Turin. Ces quatre personnes sont actuellement détenues en Italie pour avoir participé, il y a un an, à l’attaque d’un chantier de la ligne TGV et doivent être jugées aujourd’hui.

notavGrenoble

Leur presse – ledaubé.com, le 22/05/2014 à 09h43

_____________________________________________________________________________________________

CHAMBERY Des tags signés No Tav sur l’ancien consulat italien

C’est dans ce bâtiment que les Italiens de Savoie voteront pour les Européennes.

Un acte de vandalisme symbolique sans doute, perpétré la veille de l’ouverture du scrutin européen pour les Italiens de l’étranger. Des tags et déversements de peinture ou de goudron portant la signature “No Tav “-mouvement des opposants au projet ferroviaire Lyon-Turin- tapissent depuis hier les façades de l’ancien consulat d’Italie de Chambéry. Là où les Italiens de Savoie sont invités à voter vendredi et samedi pour leurs candidats italiens.

le-dl

Leur presse – ledaubé.com, le 22/05/2014 à 21h18

[Paris] JC Decaux : jamais assez de haine !

Dans la nuit du 19 au 20 mai, 453 Vélibs ont eu leurs pneus crevés dans plusieurs arrondissements de Paris. Idem pour 5 utilitaires et 3 camions de la mairie. Cette attaque ne représente qu’une goutte d’eau dans les 8000 dégradations qu’ils subissent en moyenne par an.

Le matin du 18, 10 personnes ont été arrétées dans le 7ème arrondissement pour dégradations de Vélibs. Cela nous met encore plus la rage, tout comme l’exploitation qu’exerce JCDecaux sur les prisonniers ainsi que l’esclavage des mineurs qui est désormais de notoriété publique.

JCDecaux est présent partout en France. A Lyon avec Vélo’v, Besançon avec Vélocité, Marseille avec Le vélo, Toulouse avec Vélôtoulouse, Mulhouse avec Vélocité, Rouen avec Cy’clic, Amiens avec Velam, Nantes avec Bicloo, Nancy avec Vélosten’lib, Cergy-Pontoise avec Vélo2 et Créteil avec Cristelib ainsi que partout avec les panneaux publicitaires et le mobilier urbain (Abri-bus, etc). Tout le monde peut donc leur témoigner son aversion à chaque coin de rue.

A bas JCDecaux, les mairies et tous les enfermeurs !

Repris d’indymedia Nantes, 21 mai 2014

______________________________________________________________________________________________________________________

Les dernières virées nocturnes contre les joujous de Decaux: