Archives du mot-clé vandalisme

[Sao Paulo, Brésil] Rien à revendiquer, tout à détruire (19 juin 2014)

SP1906-5Le mouvement Un Pas Libre appelait à manifester dans les rues de Sao Paulo ce jeudi 19 juin pour célébrer l’anniversaire de l’abandon de la hausse des tarifs de transport obtenu suite aux manifs de masse de l’été dernier. Les revendications du jour étaient entre autre des transports publics gratuits et la réadmission des 42 travailleurs du métro licenciés pour s’être mis en grève plusieurs jours avant le début du mondial. Au programme, le mouvement avait prévu une « fête sauvage », avec barbecue, théatre, rap et football. Selon les autorités, 1.300 personnes se sont rassemblées avenue Paulista vers 15h00 (les organisateurs parlent de 6.000 participant-es), mais la plupart a saisi l’occasion de protester contre la coupe du monde plutôt que de demander un meilleur service de transport. Un bon cortège de manifestant-es masqué-es était présent, ainsi que des indiens aux visages peints et armés d’arcs et de flèches, appelant à la démarcation des terres autochtones.  

La marche fut sauvage avant puis après l’arrivée des flics. Vers 19h00, Un concessionnaire Mercedes-Benz s’est fait exploser sa façade et à l’intérieur, toutes les berlines de luxe ont été défoncées à coups d’extincteurs, des panneaux de signalisation ont été arrachés. Au moins quatre agences bancaires ont été attaquées (dont une succursale de la Banque du Brésil et une autre de la Citibank Avenue Rebouças). Un véhicule de TV Gazeta, ainsi que des bornes de location de vélos du système Bike Sampa* n’ont pas été épargnés.

SP1906-6En début de soirée, les flics ont rappliqué en gazant massivement et visant au flashball. Des manifestant-es adoptant la tactique black bloc ont alors érigé des barricades à travers les rues du quartier Pinheiros et attaqué les agents de la Police Militaire avec des pierres et feux d’artifice. Vers 20h30, la circulation des rues n’étaient toujours pas rétabli et des barricades de poubelles finissaient de crâmer. Au milieu de pots de fleurs et vitres de cabines téléphoniques brisés sur le sol, plusieurs slogans anarchistes ont été tagués sur les murs durant la manif.

Les compagnon-es qui voulu exprimer concrètement leurs désirs de destruction ont du faire face aux organisateurs. Ceux-ci se sont placés devant les façades de plusieurs agences bancaires en s’approvisant vigiles et ainsi suppléer les flics qui n’étaient pas là… En fait on apprend après coups que cette manif a été organisée conjointement avec la PM. Quelques jours avant cet événement, le mouvement Un pas libre a envoyé une lettre à la police (sic!) en leur demandant de se mettre à l’écart, tout en leur fournissant la date, le lieu du rassemblement et l’itinéraire de la manif… Suite aux attaques et destructions lors de cette manif, un gradé de la maison poulaga répond au MPL lors d’une conférence de presse en déclarant « nous vous avons donné notre confiance et vous nous avez trahi » (sans blague!). Bref, un bel exemple de collaboration de classe !

SP1906-1

« A bas la coupe du capital »

SP1906-2 SP1906-4

SP1906-8 SP1906-9

Un paciflicateur à l'oeuvre

Des paciflicateurs à l’oeuvre devant une banque

SP1906-10

Mais pas assez rapides pour venir protéger l’agence bancaire Caixa

Reformulé depuis la presse brésilienne, 19/06/2014

Note du blog:

*Semblable au fonctionnement d’un vélib’ parisien, Bike Sampa a été mis en service fin mai 2012 à Sao Paulo et compte près de 60 bornes. Ces jouets pour bobos sont financés et gérés par la banque Itau, qui est également sponsor de la coupe du monde de football

[Rennes] Tags contre le nucléaire et son monde – 2 juin 2014

Bure 365, c’est parti!

En cette nuit du 1er juin 2014, à l’appel de l’Assemblée anti-nucléaire du Grand Est, débute une campagne d’actions d’un an, et plus si affinités, contre CIGEO (le centre de stockage « réversible » de déchets radioactifs en Meuse, Haute-Marne).

Si le centre d’enfouissement de Bure reste inconnu du grand public, la gestion des déchets nucléaires impacte l’ensemble de la population. Aussi, dans plusieurs villes en France, s’organisent des actions contre le nucléaire et son monde : EDF, AREVA, l’Etat, le Parti Socialiste et toute la clique dirigeante pro-nucléaire. C’est pourquoi, cette nuit à Rennes, le centre régional EDF, la boutique EDF, la préfecture de région et le local du Parti Socialiste ont été la cible de notre colère.

Bloquer CIGEO c’est désamorcer la machine atomique et forcer l’arrêt du nucléaire en France.

Notre lutte n’est pas réversible, CIGEO va se faire enfouir !
« Ce n’est que le début d’une longue série »

Riri, Fifi (Loulou avait piscine).

http://nocigeo.noblogs.org via indy nantes, 2 juin 2014

[Paris] JC Decaux : jamais assez de haine !

Dans la nuit du 19 au 20 mai, 453 Vélibs ont eu leurs pneus crevés dans plusieurs arrondissements de Paris. Idem pour 5 utilitaires et 3 camions de la mairie. Cette attaque ne représente qu’une goutte d’eau dans les 8000 dégradations qu’ils subissent en moyenne par an.

Le matin du 18, 10 personnes ont été arrétées dans le 7ème arrondissement pour dégradations de Vélibs. Cela nous met encore plus la rage, tout comme l’exploitation qu’exerce JCDecaux sur les prisonniers ainsi que l’esclavage des mineurs qui est désormais de notoriété publique.

JCDecaux est présent partout en France. A Lyon avec Vélo’v, Besançon avec Vélocité, Marseille avec Le vélo, Toulouse avec Vélôtoulouse, Mulhouse avec Vélocité, Rouen avec Cy’clic, Amiens avec Velam, Nantes avec Bicloo, Nancy avec Vélosten’lib, Cergy-Pontoise avec Vélo2 et Créteil avec Cristelib ainsi que partout avec les panneaux publicitaires et le mobilier urbain (Abri-bus, etc). Tout le monde peut donc leur témoigner son aversion à chaque coin de rue.

A bas JCDecaux, les mairies et tous les enfermeurs !

Repris d’indymedia Nantes, 21 mai 2014

______________________________________________________________________________________________________________________

Les dernières virées nocturnes contre les joujous de Decaux:

[Seattle, USA] Saboter les outils de la gentrification

Il y a un peu plus d’une semaine, nous nous sommes introduits sur un chantier d’appartements de copropriété en développement et avons versé un gallon* d’eau de javel dans le réservoir à essence d’une pelleteuse. Ceci a été une petite attaque mais facilement reproductible contre l’expansion de la gentrification à Seattle.

Traduit de l’anglais de anarchistnews, 14 mai 2014 à 15h37

[Chelle, 77] Ni surveillants ni police – 12 mai 2014

schuleblackCe matin, lundi 12 mai, des élèves du lycée Bachelard ont manifesté. Des casseurs se sont mêlés aux manifestants et la police a dû intervenir au flash-ball.

La manifestation des élèves a dégénéré, ce matin, devant le lycée Gaston-Bachelard de Chelles. Les jeunes étaient rassemblés pacifiquement pour exprimer leur mécontentement quant au durcissement du règlement à l’intérieur de l’établissement mais des casseurs ont profité de l’effervescence pour jeter des bouteilles et divers projectiles sur les voitures.

Les policiers ont utilisé leurs flash-balls pour repousser les individus devenus incontrôlables. Cependant, quelques-uns des émeutiers ont pénétré dans un jardin, rue de Rome, et ont commencé à ôter les pavés de l’allée qu’ils ont utilisés en projectiles contre les policiers. Il aura fallu que les fonctionnaires fassent à nouveau usage du flash-ball pour faire sortir les casseurs du terrain du pavillon.

Une jeune fille a été touchée à la hanche par une balle en caoutchouc mais ses blessures étaient sans gravité et elle a refusé son transport à l’hôpital par les pompiers.

Les troubles ont fini par se calmer. Les élèves ont prévu de reprendre la manifestation demain matin, mardi 13 mai.

Leur presse – journallamerne.fr, 12/05/2014 à 21h22

[Berlin, Allemagne] L’ambassade du Brésil attaquée – 12 mai 2014

La presse berlinoise rapporte qu’au petit matin du lundi 12 mai 2014, un groupe d’une dizaine de personnes cagoulées vêtues de noir a fait irruption sur la Wallstrasse. Des dizaines de pierres ont été jetés sur l’ambassade du Brésil (80 pierres au total selon le BZ Berlin), et au moins 30 vitres du bâtiment ont été défoncées. Le groupe a réussi à prendre la fuite avant l’arrivée de la police. Les dégâts sont considérables.

Botschaft_Brasil_1 Botschaft_Brasil_2

Botschaft_Brasil_3

Il y a peu, un appel à la contre-attaque et au sabotage a été lancé en réponse à la répression au Brésil pour y assurer la tenue du mondial de foot (le consulter ici en plusieurs langues).

[Billère, 64] Les églises c’est d’la merde, brûlons-les ! (9 mai 2014)

Une église catholique vandalisée à Billère

Outre cet acte de vandalisme, deux départs de feu ont été constatés.

billiere2 Une église a été vandalisée, son autel en partie incendié, dans la soirée de vendredi à Billère, dans l’agglomération de Pau, a-t-on appris samedi de sources concordantes. L’évêché de Bayonne, Lescar et Oloron a indiqué dans un communiqué qu' »une ou plusieurs personnes ont délibérément mis le feu à l’autel », dont la partie supérieure a été brûlée, ainsi qu’à la croix du sanctuaire. Des excréments ont aussi été trouvés sur place.

L’acte de vandalisme et les deux départs de feu à l’église Notre-Dame de la Plaine ont été confirmés de source policière. Le curé de la paroisse a porté plainte, et une enquête de police est en cours. L’église restera fermée pour plusieurs jours, a précisé l’évêché.

billiere3 billiere4

leur presse – AFP, 10/05/2014 à 19h37

________________________________________________________________________________________

Billère (64) : une église vandalisée

Vendredi soir, une église de Billère près de Pau a été saccagée. Elle a déjà fait l’objet de dégâts l’été dernier

Dans la soirée du vendredi 9 mai aux alentours de 20h, l’église Notre Dame de la Plaine, située à proximité de la route de Bayonne au niveau de la place François Mitterrand a été profanée : le feu a été mis au drapé qui recouvrait la croix, un cierge pascal a été renversé et brisé et l’autel incendié. Par ailleurs, des déjections fécales et urinaires ont été laissées sur place.

C’est la paroissienne chargée de fermer qui, ayant trouvé l’église enfumée, a donné l’alarme. Le curé de la paroisse, l’abbé François Mata s’est aussitôt rendu sur place et a alerté la police.

Le maire Jean-Yves Lalanne l’a rejoint dès qu’il a été mis au courant et condamnait aussitôt « un acte criminel qui aurait pu avoir des conséquences graves ».

Cet été déjà, les deux extincteurs avaient été vidés sciemment dans l’allée centrale et des jeunes sont régulièrement invités à quitter les lieux où ils s’installent comme s’il s’agissait d’un squat, utilisant même l’orgue.

Les policiers de la Sûreté départementale sont chargés de l’enquête.

billiere1

leur presse – sud ouest, 11 mai 2014

[Italie] Complicité dans l’attaque avec les compagnon-nes No TAV incarcéré-es (avril-mai 2014)

Les attaques contre le parti démocrate en Italie continuent de plus belle: voir celles d’avril dernier & les attaques solidaires de janvier et février 2014. Ici une liste non-exhaustive de ce qu’il s’est passé un peu partout dans le pays, en complicité avec les quatre compagnon-nes No TAV derrière les barreaux Chiara, Niccolo, Claudio et Mattia:

  • Lecce, 19 avril 2014: le bureau du parti démocrate via Milizia a été tagué des inscriptions: « stop aux expulsions; NO TAV »

LecceNOTAV

  • Cremona, 22 avril 2014: durant la nuit, la vitrine du bureau du candidat PD à la mairie Galimberti est taguée des inscriptions « No TAV libres » et « PD = merde ». Les crapules du parti se sont indignés publiquement de cette énième attaque contre leurs locaux à travers la presse.

pd-cremona-22aprile

  • Rovereto, le 23 avril: deux bouteilles remplies de liquide inflammable avec deux mèches brûlées sont retrouvées à proximité du chantier de construction de la bretelle d’autoroute ‘Ai Fiori’. Plus loin ont été retrouvées les inscriptions « Le terroriste c’est l’Etat, libérez les NO TAV ».
  • Trento, le 25 avril 2014: plusieurs No TAv sont présent-es à la manif antifasciste unitaire avec une banderole en solidarité avec les quatre compagnon-nes No TAV incarcéré-es. Sur le parcours, les façades de plusieurs banques qui collaborent à la construction de la ligne à haute vitesse Lyon-Turin sont recouvertes de tags.
trentoNoTAV

« Le terroriste est celui qui militarise et dévaste – Chira, Claudio, Nico et Mattia libres * NO TAV »

  • Turin, 1er mai: Des centaines de manifestant-es no TAV sont présent-es au sein de la grande manif syndicale. Les militant-es et politiciens du PD sont sous protection policière, tous comme leurs locaux qui sont régulièrement pris pour cible.

pd105torino

  • Cremona, 3 mai 2014: quand le ministre de l’infrastructure Lupi est dans la rue pour soutenir le maire du centre-droit Perri, plusieurs No TAV sont là et certains réussissent à s’approcher et ce en dépit des nombreux flics quadrillant la zone. La lutte No TAV résonne avec les slogans au mégaphone, des tracts sont distribués et une banderole déployée « Le terroriste est celui qui soutient le TAV – Chiara, Mattia, Nico et Claudio libres »
  • Chiomonte, 4 mai 2014: Dans la nuit quelques encapuchonnés réussissent à s’approcher des clotures du chantier du tav pour lancer des petards et des fumigènes. Avant que la police de garde du chantier réussisse à sortir, le groupe s’enfuit par les bosquets jetant sur la routes des clous tordus.
  • Cuneo, 4 mai 2014: le siège du parti démocrate dans le centre historique de la ville via Dronero a pris cher: ses vitres de la porte d’entrée ainsi que les fenêtres ont été brisées. Quelques inscriptions ont été laissées à la bombe: « Boba libre » et « Liberté pour tous ». Marco « Boba » a été arrêté lors de la manif du 1er mai. A l’extérieur, la solidarité avec Boba et tous les prisonniers s’est exprimée avec des feux d’artifice: des rassemblements devant la prison de la Vallette (Turin) ont eu lieu dans la soirée du 1er mai et celle de samedi 3 mai (avec plus de 100 manifestant-es). Le lendemain, il a été libéré et placé en résidence surveillée.

pdcuneo1

  • Turin, le 5 mai: le local du PD via Mazzini dans le centre-ville est attaqué avec des oeufs de peinture et recouvert de tags No TAV durant la nuit

pd_mazzini_torino_maggio_2014

Toutes ces brèves ont été traduites de l’italien de Macerie

[Etats-Unis] Sabotage contre la gentrification

 Oakland Californie : Vandalisme contre le développement

Au petit matin du lundi 28 Avril dans le quartier du Lower Bottoms à Oakland, les serrures de « Dogtown Development » et d’un nouveau café branché ont été bouchées à la colle. Les murs de Dogtown Development ont été tagués pour y lire « Votre progrès pue la mort ». Le café a été tagué pour y lire « les Yuppies mangent de la merde ».

Nique les aménageurs
Nique le développement
Attaque.

Des Anarchistes

Traduit de l’anglais de anarchistnews.org par brèves du désordre

___________________________________________________________________________________________

San Francisco : Attaque contre les bureaux de Vida Condo

La nuit dernière, nous avons attaqué le bureau de vente pour la construction de Vida Condos sur Mission Street.

Nous avons ajouté une nouvelle serrure robuste à leur grille de sécurité et frappé leur façade avec de la peinture. C‘était juste un petit acte d’hostilité dans ce qui nous l’espérons, sera bientôt une tempête. Nous avons fait cela parce qu’ils se moquent de la vie. Malgré leur nom, ils offrent seulement la mort avec le masque de la vie. Ces développements, et tous les autres, méritent beaucoup plus. Nous nous félicitons des contributions créatives supplémentaires.

Il est facile d’attaquer !
A bas la gentrification !
La vie est révolte !

Traduit de indybay, 29 avril 2014 à 17h00

[Valence] Crève les expulseurs de la mairie

Lundi 28 avril au matin à Valence, alors que les employés municipaux étaient sur le point de prendre leur boulot, ils ont eu une petite surprise en arrivant sur le parking municipal: près de vingt véhicules de la mairie se sont faits crever leurs pneus (entre 74 et 80 pneus d’après leur presse) et deux tags ont été inscrits au marqueur sur une des voitures disant « non aux expulsions » et « collabos« . Ce sabotage semble être une réponse à l’expulsion du camp de roms près du plateau de Couleures vendredi dernier (25/04). Le maire Nicolas Daragon, récemment élu, s’était vanté haut et fort d’être intervenu auprès du préfet pour accélérer l’expulsion.

Val1 Val2 Val3

Reformulé de leur presse, 28/04/2014