Archives du mot-clé véhicules brûlés

[Allemagne] Brèves du désordre depuis les rues de Berlin

[La plupart de ces sabotages et attaques n’ont pas été revendiqués et proviennent des médias dominants; ces multiples attaques s’inscrivent dans une lutte contre la gentrification menée dans plusieurs quartiers berlinois et qui a déjà été évoquée sur le blog ici et ]

Dans la soirée du mardi 30 septembre 2014, un groupe d’une vingtaine de personnes cagoulées a fait irruption dans les rues du quartier Mitte à Berlin, en attaquant les nouveaux immeubles d’habitation de luxe d’Engeldamm avec des pavés et de la peinture verte. Des poubelles et barrières de chantier servant de barricades ont été enflammées au milieu de la rue. Durant cette courte émeute, un magasin de meubles – déjà attaqué en juillet 2014 – a aussi perdu ses vitres. Le groupe a pu s’échapper sans entrave dans l’obscurité berlinoise. Les dégâts matériels sont importants (comme le montrent les photos):

2,c=0,h=554.bild klein_spengeldamm16-jpg_1412141523 2,c=0,h=554.bild (2) 2,c=0,h=554.bild (1)

3,c=0,h=554.bild

Cette attaque collective contre les biens de la gentrification est loin d’être une première dans ce secteur. Des attaques similaires contre ces nouvéaux logements se sont déroulées à Engeldamm ces derniers temps:

- 6 juillet 2014: attaque du magasin de meubles et des nouvelles constructions à Engeldamm ; incendie de poubelles et caillassage d’une patrouille de police à leur arrivée sur les lieux. Tous les assaillants ont pu s’enfuir dans la foulée.

2,c=0,h=554.bild (3)

- début avril 2014: irruption d’un groupe masqué à l’intersection Engeldamm/Leuschnerdamm/Michaelkirchplatz et attaque à coups de barres et de peinture (pots et sprays utilisés) des bâtiments (nouveaux logements de luxe mais également des locaux d’HLBS (bureaux d’expertises comptables dans le secteur immobilier), barricades en feu à travers les rues.

- décembre 2013:  plus de 20 personnes masquées attaquent à l’aide de pavés et de peinture les façades des constructions, laissant des tags sur les façades.

3,c=0,h=554.bild (1)

Reformulé de la presse allemande

******************************************************************************

La nuit du 1er au 2 octobre 2014, les quartiers de Kreuzberg, Friedrichshain, Treptow, Mitte et Neukölln ont été illuminés par des feux de véhicules, d’entreprises pour la plupart, ce que la presse a tenté de dissimuler dans son ensemble (mis à part le morgenpost.de qui mentionne le nom des entreprises).

Pas moins de 7 véhicules utilitaires ont été incendiés malgré la rapide intervention des pompiers, en plus de quatre autres véhicules par propagation des flammes.

ABIX-Brandanschlaege-5-Peu avant minuit, un véhicule de la société de sécurité BOSCH est incendié Alte Jakobstraße à Kreuzberg. Un peu plus tard, c’est un camion d’une entreprise de construction qui est incendié  à 200 mètres de l’Alexandrinenstraße. Ce camion appartient à la société DTB, et ce sabotage a été revendiqué, dont voici l’intégralité:

Dans la nuit de mercredi à jeudi 2/10, un camion de l’entreprise DTB a été incendié.

Pourquoi DTB ?

Après l’expulsion de Cuvry-brache* à Berlin-Kreuzberg, DTB a accepté de soutenir le travail dégueulasse du Sénat et de la mairie. Le jour même après l’expulsion, DTB a commencé à raser près de l’ensemble de la zone. Il aurait également pu refuser cela et ne serait pas devenu un instrument de gentrification.

DTB est entre autre responsable de la construction de travaux publics et de routes, de câbles et de tuyauteries. Ainsi, ils disposent du matériel nécessaire pour aménager en un rien de temps le quartier. D’autant plus que leurs partenaires et amis appartiennent à des entreprises comme Vattenfall et Telekom.

L’expulsion de CuvryBrache* est juste une autre étape vers la restructuration urbaine, ainsi que le déplacement des personnes qui ne correspondent pas à l’image d’un Berlin réévalué, convenable.

Berlin a besoin et veut cette image renouvelée, pour pouvoir se distinguer à l’échelle internationale et gagner des projets comme Olympia**.

Tout cela se fait au détriment des personnes qui vivent (encore) ici et seront bientôt plus en mesure de se le permettre.

D.T.B. GmbH Tief- und Straßenbau

Wackenbergstraße 84 – 88
13156 Berlin

Avec joie, les visites nocturnes seront chez Sitzfeldt, Bosch, Telekom, DB et beaucoup d’autres !

Contre la domination – pour l’anarchie !

Des groupes autonomes

Notes des traducteurs:

*brache signifie friche. Situé à Kreuzberg sur lequel des personnes – sans-abris, familles roms, zonards.. – se sont installées pour y vivre mais aussi pour protester contre la gentrification en cours…. car le propriétaire souhaite y construire des logements neufs/maisons et un centre commercial. Les occupants ont récemment été expulsés.

**Pour obtenir les jeux olympiques et toute la merde qui va avec…

camion de chantier

le camion de chantier en question

A Friedrichshain, un van VW d’une entreprise (non mentionné) est incendié.

A Treptow, les pompiers arrivent trop tard pour éteindre les flammes d’un véhicule de Telekom, qui est entièrement calciné.

A Kreuzberg, deux véhicules de l’ambassade de Turquie sont incendiés Heinrich-Heine-Straße vers 3h00 du matin. Ces sabotages incendiaires sont revendiqués dans un communiqué.

Enfin vers 5h00 du matin à Neukoln, ce sont deux véhicules électrique d’une entreprise automobile « libre-service » sont incendiés.

kleiner_spfpkw01_1412217430

Les services de police ciblent leur enquête vers les autonomes d’extrême-gauche et anarchistes.

Parrallèlement à tous ces incendies et destructions, le SPD, par la voix du politicien Tom Schreiber, a immédiatement appelé à des mesures plus sévères envers les « extrémistes de gauches et anarchistes violents ». (Chiche !) Quant au sujet du sabotage contre la S-Bahn à Berlin fin août dernier, ce bouffon social-démocrate avait déclaré que « le milieu autonome veut terroriser et tyranniser le centre-ville ».

[Dijon] La police accueillie aux cocktails molotov, la poukav citoyenne travaille – Soirées des 17 et 18 février 2013

Cocktails Molotov sur la police : 5 arrestations à Dijon

Lorsque dimanche soir, les pompiers étaient intervenus rue Joliot-Curie, où un local à poubelles venait d’être incendié, ils avaient essuyé, ainsi que les policiers qui les accompagnaient, des jets d’objets divers : pied de lampe, morceaux de table, pièces de mobilier.

Lundi, lors d’une nouvelle intervention pour un nouvel incendie allumé au même endroit, policiers et pompiers avaient été accueillis cette fois par des jets de cocktails Molotov.

Depuis les coursives du 5 e étage

Mais un imposant dispositif d’investigations avait été mis en place par les enquêteurs du groupe de voie publique de la sûreté départementale : ils savaient que ceux qui s’en étaient pris aux gardiens de la paix et aux pompiers avaient lancé leurs projectiles depuis les coursives du 5 e étage du bâtiment Réaumur, et ils disposaient de quelques informations obtenues par l’enquête de voisinage.

Et enfin, des témoins avaient parlé. Si bien que les enquêteurs avaient identifié cinq jeunes gens, tous domiciliés dans le quartier, tous déjà connus de la police et de la justice, tous âgés de 18 à 19 ans.

Interpellés à l’aube

Mardi, à l’aube, au cours d’une opération mobilisant des policiers du groupe de voie publique, de la brigade criminelle et de la brigade d’atteinte aux biens de la sécurité publique, trois des jeunes gens étaient interpellés à leur domicile, conduits dans les locaux du commissariat central et placés en garde à vue. Deux autres les rejoignaient au cours de l’après-midi.

Au cours de leurs auditions, les cinq jeunes gens auraient nié avoir lancé des objets ou des cocktails Molotov sur les pompiers et les policiers, mais certains auraient reconnu s’être trouvés dans les coursives de l’immeuble.

Le service départemental d’incendie et de secours, la police national et le bailleur social Dijon Habitat ont déposé plainte.

Un véhicule incendié

Les cinq jeunes gens, qui sont poursuivis pour les feux de poubelles, les jets de projectiles et, pour deux d’entre eux, pour avoir incendié un véhicule dans la rue Joliot-Curie le dimanche, devaient être présentés au procureur de la République dans la soirée d’hier. L’un d’entre eux pourrait être conduit directement à la maison d’arrêt pour trois mois : il faisait l’objet d’une peine d’emprisonnement avec sursis prononcée dans le cadre d’un autre dossier.

Leur presse – Le Bien Public.com (G. D.), 22/02/2013 à 09h55

[Suisse] Le dépôt à trams Escherwyss en flammes: un tramway et trois véhicules incendiés – Zürich, nuit du 1er au 2 janvier 2013

Trois autos et un tram détruits par le feu

Mercredi matin, trois voitures et d’un tram ont été la proie des flammes dans le dépôt Escherwyss à Zurich. Les pompiers ont pu maîtriser l’incendie.

Les flammes se sont emparées des autos et du tram Cobra, mercredi matin vers 3h.

Les flammes se sont emparées des autos et du tram Cobra, mercredi matin vers 3h.

Mercredi vers 3h, un lecteur a signalé un incendie qui s’était déclaré dans le dépôt à trams Escherwyss à Zurich. Trois autos ainsi qu’un tram Cobra étaient en feu. «Je me suis arrêté et j’ai immédiatement alerté les pompiers», raconte-t-il.

Rapidement sur place, les hommes du feu on pu maîtriser les flammes. Selon la police municipale, les causes de l’incendie ne sont pas encore connues.

Leur presse – 20 Minutes Online, 02/01/2013 à 10h25

[Nouvel An] Comme une odeur de braise pour 2013 ….

Mise-à-jour le 07/01/2013 à 00h02:

Saint-Sylvestre: une classe d’école et des voitures brûlées dans les AM

C’est le bilan sombre de la Saint-Sylvestre… Si la nuit du réveillon a été relativement calme dans les Alpes-Maritimes,  les forces de l’ordre enregistraient quelques faits de délinquance.

C’est le cas notamment dans le quartier de l’Ariane à Nice, où un incendie est survenu dans une salle polyvalente de l’école primaire « Les lauriers roses ». Celle salle a été endommagée par un engin incendiaire et les dégâts sont importants.

Incendie école des lauriers roses

L’origine est inconnue. S’agit il d’un engin lancé contre les forces de l’ordre ou d’un acte visant délibérément l’établissement? Une enquête est ouverte.

Voitures brûlées dans les Alpes-Maritimes

Dans un premier bilan à mi-journée, Nice-Matin dénombrait 14 voitures brûlées dans le département: cinq à Nice dans les quartiers de l’Ariane, les Moulins et Louis Braille, 5 à Cannes et 4 à Fontan une petite commune du Mentonnais.

Après un nouveau comptage, le préfet faisait finalement état de 26 voitures, dont neuf« par propagation ».

200 interventions de pompiers à Nice

Les sapeurs-pompiers, qui sont intervenus près de 200 fois à Nice, ont également été la cible de jets de projectiles.

Les forces de l’ordre ont été massivement présentes avec près de 300 policiers et gendarmes.

Contrôles routiers

Une soixantaine d’automobilistes ont par ailleurs été contrôlés en état d’ivresse et deux sous l’emprise de stupéfiants.

Leur presse de l’ordre – Nice Matin (D.C), 01/01/2013 à 16h54

Incidents du réveillon à Nice: cinq mineurs devant la justice

Lors des incidents qui ont émaillé la nuit de la Saint Sylvestre à Nice, six mineurs ont été interpellés par la police nationale avec l’aide des caméras de la ville pour certains d’entre eux.

L’un a été laissé libre mardi soir à l’issue de son audition par les enquêteurs de la Brigade de répression des actions violentes. (BRAV). Les cinq autres ont vu leur garde à vue être prolongée jusqu’à ce mercredi matin. Le parquet de Nice a ouvert une information judiciaire pour « violences sur personnes dépositaire de l’autorité publique, rébellion en réunion avec armes et destruction de biens par incendie ».

Quatre de ces mineurs seront convoqués afin d’être mis en examen et un cinquième, davantage impliqué que les autres au vu des investigations, a été déféré ce mercredi.

Le parquet a requis un mandat de dépôt à son encontre et le juge des libertés et de la détention doit statuer sur son sort tard dans la soirée.

Leur presse – Nice Matin, 02/01/2013 à 17h58

Incidents du réveillon à Nice: un mineur écroué

Le mineur présenté au parquet de Nice mercredi soir et soupçonné d’être impliqué dans les violences urbaines au cours de la nuit de la Saint Sylvestrea été mis en examen pour « violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique , rébellion en réunion et avec armes et dégradations ».

Il a été placé en détention provisoire conformément aux réquisitions du parquet de Nice.

Déja connu des services de police pour des vols à la portière, il est soupçonné d’avoir allumé des feux de poubelle et lancé des engins incendiaires contre les forces de l’ordre. Quatre autres mineurs sont poursuivis pour ces mêmes faits mais laissés libre.

Leur presse – Nice Matin, 03/01/2013 à 11h10

__________________________________________________________

Strasbourg Réveillon du nouvel an

Échauffourée au Neuhof, calme relatif dans les autres quartiers

Le réveillon du nouvel an s’annonçait plutôt serein sur Strasbourg. Si avant minuit, quelques incidents avaient été signalés dans le quartier de Hautepierre et à Hoenheim, c’est au Neuhof que policiers et jeunes résidents se sont affrontés une fois le cap de la nouvelle année franchi.

image (2)

Une voiture et une camionnette ont été brûlées rue Schach vers 0h15, obligeant les forces de l’ordre à intervenir malgré les pétards lancés dans leur direction. Casqués et protégés par leur bouclier, les fonctionnaires ont chargé à plusieurs reprises les groupes récalcitrants qui s’étaient formés sur la voie publique. Ils ont ensuite ouvert la voie aux pompiers. Les incendies étaient éteints un quart d’heure après avoir été allumés. Des jets de pétards, parfois depuis les immeubles, en direction des voitures et des passants ont néanmoins perduré durant quelques dizaines de minutes.

Vers 0h35, c’est une fourgonnette rue du Rhin-Tortu, dans le quartier de la Meinau, qui s’embrasait sur un parking. Les pompiers étaient sur place une dizaine de minutes plus tard. Au même moment, ils intervenaient également à Neudorf, rue de Bâle, pour un léger incendie sur une terrasse d’un immeuble.

Sur les coups de 2h du matin, un calme relatif baignait l’agglomération strasbourgeoise.

Nuit calme côté gendarmerie

La police a procédé à de multiples arrestations cette nuit pour des conduites en état alcoolique, des jets de pétard, des incendies de véhicule, des outrages et des rébellions ou encore des violences urbaines. Les gardes à vue étaient nombreuses ce matin au commissariat.

les-pompiers sont intervenus rue Schach,  à Strasbourg, pour des incendies de voitures

les-pompiers sont intervenus rue Schach, à Strasbourg, pour des incendies de voitures

Côté gendarmerie, la nuit a été calme sur la circonscription de la compagnie de Strasbourg. Quelques feux de poubelle ont été à déplorer mais aucun incendie de voiture. Plusieurs cambriolages ont été commis dans le secteur de Fegersheim. Enfin, les militaires ont sanctionné deux conduites en état d’ivresse.

Als image

Leur presse – DNA.fr, 01/01/2013 à 11h26

Nouvel AN Violences urbaines

Bilan inquiétant sur Mulhouse

Tous les signes avant-coureurs laissaient présager un nouvel an difficile. Les pires prévisions se sont réalisées avec un bilan en termes de violences urbaines qui ne fait que conforter l’impérieuse nécessité de voir Mulhouse et certains quartiers passer en ZSP…

C’est sans doute la première fois que l’on a vu un pompier les larmes à l’œil aux urgences racontant ses interventions dans les quartiers livrés à quelques poignées de casseurs. Pour eux pas de fête mais uniquement cette envie de détruire et de s’attaquer aux symboles de la République et de l’autorité. Le pompier énumère les callaissages, les cocktails Molotov lancés sur les véhicules en interventions et les deux véhicules pompiers très endommagés (vitres totalement détruites).

En mode « violences urbaines » aux urgences

Même aux urgences le personnel est presque en état de sidération. Le Dr Bruno Goulesque chef de service aux urgences au centre hospitalier de Mulhouse évoque le travail difficile de ses propres équipes sur le terrain : « nous sommes rentrés cette nuit dans certaines zones en mode violences urbaines avec un accompagnement systématique des véhicules du SAMU 68 ou du SMUR par les forces de l’ordre dans le centre-ville notamment ».

Une soixantaine de voitures incendiées directement ou par propagation

Sur l’ensemble de la nuit du réveillon une soixantaine de véhicules ont été incendiés soit directement soit par propagation… un bilan en nette hausse par rapport à l’an dernier où seules une quarantaine de voitures avaient été détruites. Sur le secteur mulhousien près de 250 policiers et mobiles étaient déployés et il a fallu faire appel aux renforts d’une demi-compagnie de CRS supplémentaire postée à Colmar peu après minuit ; en effet des pics de violences étaient enregistrés de manière simultanée sur le Drouot, les Coteaux, le secteur Briand et Bourtzwiller. Au final il a été procédé à une vingtaine d’interpellations (dont quatre pour des ivresses publiques manifestes).

Les gardes à vue concernent aussi bien des simples outrages mais aussi pour certains des faits plus sérieux qualifiés de « participation à des attroupements armés et des violences volontaires aggravées ».

Au parquet de Mulhouse, on confirmait ce matin « qu’effectivement la nuit avait été très agitée avec des situations particulièrement tendues dans certains quartiers. Mais ce qui est inquiétant c’est surtout ce phénomène de violence urbaine qui a démarré très tôt le 31 décembre avec les premiers incendies de véhicules dès 18 h et surtout la fin de cet épisode… tard le 1er janvier. On était plutôt habitué à des violences concentrées autour de minuit et qui s’estompaient vers 2 heures du matin. Là, des voitures brûlaient encore vers 6 heures. »

Leur presse – DNA.fr (Alain Cheval), 01/01/2013 à 13h51

_____________________________________________

Nouvel an. Débordements à Nantes et à Notre-Dame-des-Landes

Malgré la pluie battante, les forces de l’ordre et les secours ont été mis à contribution, cette nuit, pour faire face à quelques débordements, principalement à Nantes et à Notre-Dame-des-Landes, au cours de la nuit de la Saint-Sylvestre.

Quelque six cents gendarmes et policiers étaient mobilisés en Loire-Atlantique, détaillait lundi soir, autour de 23 h, Patrick Lapouze, directeur du préfet, au poste de commandement de l’hôtel de police de Nantes.

Sur le site du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes, entre 22 h et 3 h du matin, les gendarmes ont subi les assauts d’un groupe d’opposants, du côté du chemin de Suez, non loin des cabanes de la Chataigneraie.

Fusées de détresse

« Sporadiquement, des fusées de détresse et autres projectiles ont été tirés en direction des gendarmes mobiles », expliquait un enquêteur, ce mardi matin. Pour autant, ajoute-t-il, aucun blessé n’est à déplorer.

À Nantes, les pompiers ont dû sortir à de nombreuses reprises, en particulier pour des incendies de voiture. Pour l’heure, le bilan des opérations n’a pas été communiqué.

Leur presse – OuestFrance.fr, 01/01/2013

[Grande-Bretagne] Sabotages solidaires contre des véhicules d’entreprises de sécurité et de surveillance à Bristol et à Nottingham

Un véhicule de la société de surveillance Standfast a été incendié à Bristol dans la nuit du 22 au 23 octobre 2012. Cette société de contrôle et de surveillance fournit entre autre des caméras de surveillance pour les prisons et à de nombreuses boîtes et entreprises privées, mais également à l’Etat et aux écoles privées.

D’autres attaques contre des véhicules d’entreprises de sécurité ont également eu lieu dernièrement à Nottingham.

Ces actions ont été réalisées en solidarité avec les camarades anarchistes qui subissent la répression étatique à travers le monde:  le compagnon colombien Gustavo Ε. Quiroga González, qui a été incarcéré suite à l’expulsion du Squat Delta à Thessalonique en Grèce (voir l’appel à la solidarité internationale), aux résistant.e.s de Gremlin Alley à Cardiff (UK), mais aussi aux anarchistes qui refusent de collaborer avec l’Etat américain dans le cadre de l’enquête du Grand Jury et dont 3 camarades sont actuellement incarcéré.e.s (voir l’affiche de soutien ci-dessous).

Lire le communiqué en entier qui revendique ces attaques solidaires

SourcePugetsoundanarchists, 23 octobre 2012

[Canada] 6 camions incendiés dans la zone industrielle de Repentigny – Montréal, 8 octobre 2012

Six camions incendiés à Repentigny

Six gros camions servant au transport de marchandises en vrac ont été incendiés dans la nuit de lundi dans un enclos clôturé de Repentigny, au nord-est de Montréal.

Les méfaits sont survenus vers 1h15 dans l’enclos situé sur la rue Bourque, dans le secteur industriel de Repentigny.

Selon les premières constatations des enquêteurs du Service de police de Repentigny, la clôture de l’enclos a d’abord été ouverte par effraction. Par la suite, les fenêtres des camions ont été fracassées et des produits ont été utilisés pour les incendier et assurer une propagation des flammes.

Personne n’a été blessé, mais aucune arrestation n’a été faite; l’enquête se poursuit.

Leur presse – La Presse Canadienne, 08/10/2012 à 08h19

[Mulhouse] Nuit d’émeute suite à l’interpellation de deux jeunes à Bourtzwiller – 30 juillet 2012

Nuit de violences urbaines à Bourtzwiller

La nuit de lundi à mardi a été pour le moins agitée à Bourtzwiller après une intervention policière en début de soirée. Les dégâts matériels sont importants, les locaux d’accueil du collège ont été incendié et les CRS ont dû intervenir.

Une patrouille de la brigade anticriminalité (BAC) a voulu procéder lundi soir vers 19 h au contrôle de deux mineurs qui poussaient un scooter. Les deux jeunes ont refusé de s’y soumettre. Plusieurs témoins auraient qualifié l’interpellation qui a suivi de « musclée ».

La situation s’est rapidement envenimée, rue de Bordeaux. Un attroupement s’est formé et les agents de la BAC ont essuyé des jets de pierres. Pour se dégager, l’un d’eux aurait fait usage de son Flash-Ball et touché un jeune qui poussait le scooter et participait au caillassage de la patrouille.

Dans le quartier, la rumeur selon laquelle le garçon de 17 ans était sérieusement atteint a mis le feu aux poudres. Il s’est avéré, lors de sa prise en charge par les pompiers, que l’intéressé n’était pas blessé. Il a été placé en garde à vue ainsi que deux autres personnes, âgées de 16 et 20 ans.

Des affrontements se sont alors produits entre jeunes du quartier et forces de police renforcées par une compagnie de CRS et un hélicoptère de la gendarmerie.

Vers 23 h, des casseurs s’en sont pris au collège du secteur à coups de cocktails Molotov, de barres de fer et de jets de pierres. Les locaux d’accueil de l’établissement ont été incendiés. Les centres informatique et téléphonique attenants ont également été détruits par les flammes malgré l’intervention rapide des pompiers. Le calme est revenu dans le quartier vers 2 h du matin.

Les dégâts matériels sont importants. Une rame de tramway et la station Saint-Nazaire ont été caillassées et endommagées par des cocktails Molotov, des bennes à ordures brûlées et une voiture incendiée.

Hier matin, aux abords du collège, les habitants étaient choqués. « Je ne comprends pas cette violence, nous souhaitons simplement vivre dans la tranquillité. Quand je vois ça, j’ai juste envie de partir d’ici », a dit l’un d’entre eux.

«Tout le travail de l’équipe pédagogique est réduit à néant»

La principale du collège, Isabelle Nimtz, était bouleversée : « J’ai été appelée vers minuit… On ne comprend pas. L’année scolaire s’était très bien passée, il n’y a pas eu de plainte depuis plus de six mois. Les tensions dans le quartier ne se ressentaient pas dans l’enceinte du collège. » Tout le travail de l’équipe pédagogique est réduit à néant, regrette M me Nimtz. « Ça ternit l’image du collège. Maintenant les parents vont préférer envoyer leurs enfants à Illzach, Kingersheim ou Pfastatt. »

Les dégâts se chiffrent à au moins 150 000 euros d’après les premières estimations du conseil général du Haut-Rhin.

Le maire de Mulhouse, Jean Rottner, qui a interrompu ses congés, a voulu faire passer un message fort : « Bourtzwiller n’est pas un ghetto, ni un quartier d’exclusion. »

Les forces de l’ordre ainsi qu’une compagnie de soixante CRS sont restées sur place, hier soir, afin de surveiller l’évolution de la situation. La Ville a précisé, en accord et avec le soutien du ministère de l’Intérieur, que ce dispositif resterait en place aussi longtemps que la situation l’exigerait.

Leur presse – dna.fr (Thomas Rahoual), 01/08/2012 à 05h00

Mulhouse-Bourtzwiller : nuit de violences urbaines

Des véhicules et l’entrée d’un collège ont été incendiés la nuit dernière dans le quartier de Bourtzwiller à Mulhouse

Des violences urbaines, au cours desquelles un collège, une dizaine de véhicules et le tramway ont été vandalisés, ont éclaté lundi à Mulhouse après l’interpellation mouvementée de deux jeunes dans le quartier de Bourtzwiller.

Trois jeunes gens dont deux mineurs de 16 et 17 ans se trouvaient mardi soir en garde à vue à la suite des incidents.

Le Conseil général a estimé à au moins 150.000 euros le coût des travaux de réfection du collège, dont des vitres ont été brisées, la loge d’accueil et trois salles adjacentes incendiées.  Un distributeur de tickets de tramway a été détruit.

Les violences ont commencé soir après un contrôle d’identité qui a dégénéré.  Alors que les policiers tentaient de contrôler deux jeunes gens de 16 et 17 ans qui poussaient un scooter, ils ont été pris à partie par d’autres jeunes du quartier, a affirmé un responsable policier.

Victimes de jets de pierres, les policiers ont utilisé leur gomme-cogne pour se dégager, blessant légèrement un des jeunes qui a été hospitalisé, a-t-il raconté.  Peu après l’interpellation, d’autres jeunes hommes ont lancé des pierres et un objet incendiaire sur le collège voisin et incendié une dizaine de voitures.  Le calme est revenu au milieu de la nuit après l’arrivée sur les lieux d’une unité de CRS.

Le mineur blessé a été placé en garde à vue, accusé de refus d’obtempérer et de jet de pierres. Un autre mineur ainsi qu’un troisième jeune âgé de 20 ans ont été interpellés, soupçonnés d’avoir jeté des projectiles sur les forces de l’ordre.  Plusieurs incidents entre la police et les jeunes du quartier ont été signalés depuis le début de l’été. Une patrouille de pompiers appelée pour un incendie de voiture a récemment été la cible de projectiles. Lors d’un point-presse dans l’après-midi, le maire (UMP) de Mulhouse, Jean Rottner, a fustigé ceux que « la présence policière gêne » et lancé un appel au calme. « Je demande aux parents et aux adultes qui ont un poids sur les jeunes de demander l’apaisement », a-t-il dit.

Deux vidéos en ligne sur Dailymotion: 

xsj89n_quartier-de-bourtzwiller-nuit-sous-tension_news?start=5

xsixog_college-de-bourtzwiller-entree-incendiee_news?start=6

Réaction du conseil général du Haut-Rhin

Le Conseil Général du Haut-Rhin condamne les actes de vandalisme commis au Collège de Bourtzwiller avec la plus grande fermeté. Au nom de l’ensemble des conseillers généraux haut-rhinois, Charles Buttner, Président du Conseil Général du Haut-Rhin, condamne avec la plus grande fermeté les actes de vandalisme perpétrés au Collège de Bourtzwiller à Mulhouse :  » Ce collège a toujours été respecté par les élèves et leurs familles. Il est intolérable que de tels actes soient commis par une toute petite minorité.

Ils portent atteinte directement aux jeunes du quartier et s’attaquent aux valeurs mêmes de la République auxquelles nous sommes tous profondément attachés. » Le Conseil Général informe qu’une plainte a été déposée et que ses services étaient sur place dès ce mardi matin. Ils ont engagé de premières interventions et cet après-midi encore des entreprises sécurisaient l’établissement. Toutes les mesures sont ainsi prises pour achever les réparations et permettre aux élèves et la communauté éducative d’effectuer la prochaine rentrée dans des conditions normales.

Leur presse – Fr3 Alsace (avec l’AFP), 31/07/2012 à 19h59

[RENNES] Quatre véhicules incendiés durant la nuit d’Halloween

Quatre véhicules incendiés à Villejean

Trois voitures et une tractopelle ont été brûlées lundi soir. Vandalisme ou autre cause ? La police recherche les auteurs.

Est-ce le ou les mêmes auteurs qui ont agi dans deux endroits du quartier ? Vers 22 h 30, square du Berry à Villejean, en bordure du terrain de foot synthétique, la cabine d’une tractopelle a été endommagée par un incendie dont l’origine volontaire paraît probable.

À quelques centaines de mètres de là, square du Dauphiné, ce sont trois voitures qui ont brûlé. Les pompiers ont été prévenus par un riverain, vers 22 h 45. 17 soldats du feu sont arrivés de la caserne voisine de Beauregard. « L’une des voitures fonctionnait au GPL, nous avons utilisé une technique adaptée pour éteindre le feu, il n’y a pas eu d’explosion », commente un officier des pompiers.

« C’est tranquille ici »

Sur le même parking – non éclairé, ce n’est peut-être pas un hasard – du square du Dauphiné, deux autres voitures ont été endommagées par un bris de vitre. Mardi matin sur place, une poignée de riverains constataient les dégâts. « C’est du vandalisme, des dégradations totalement gratuites, histoire de se défouler, commentaient ces voisins. Les voitures attaquées sont des petites voitures, dont les gens se servent pour aller travailler. »

Un nouvel habitant du quartier arrive sur les lieux avec sa baguette de pain. « Cela se produit souvent ? » s’inquiète-t-il. « Pas du tout. C’est déjà arrivé, mais il y a plusieurs années. C’est tranquille ici », répond une riveraine. Pas question donc de stigmatiser Villejean, et ces squares où les gens se connaissent et se parlent.

Du côté de l’enquête, la police technique et scientifique s’est naturellement rendue sur place hier. En fin d’après-midi, aucune interpellation n’avait eu lieu.

Les auteurs ont cassé les vitres arrière, avant de mettre le feu à l'habitacle.

Presse bourgeoise -Ouest-France (Michel TANNEAU), 02/11/2011

Halloween. Quatre véhicules incendiés à Rennes

Les pompiers de Rennes on été appelés hier soir peu avant 23h pour des véhicules en feu dans le quartier de Villejean. Il ont éteint trois voitures (dont une équipée au gaz de pétrole liquéfié) qui brûlaient square du Dauphiné. Sans doute l’une d’entre elle avait-elle été incendiée et le feu s’était propagé aux deux autres, stationnées tout à côté. Un petit engin de chantier, garé tout près de là square du Berry, avait également été incendié. C’est la première fois que de tels actes de vandalisme sont commis dans la nuit d’Halloween, qui a connaît par ailleurs d’autres débordements festifs et parfois déplaisants, comme des barbouillages ou des projections d’oeufs.

Presse bourgeoise – Le Télégramme, 01/11/2011

[SUISSE] De nombreux véhicules incendiés à Bienne

Deux nouveaux véhicules incendiés à Bienne

Un ou plusieurs inconnus ont bouté le feu à une voiture garée dans une rue de Bienne, vendredi vers 18 heures. Moins d’une demi-heure plus tard un véhicule de livraison parqué dans une autre rue a pris feu.

Deux nouveaux véhicules ont été incendiés à Bienne vendredi vers 18 heures. Un ou plusieurs inconnus ont bouté le feu à une voiture garée à la rue Albrecht-Haller, puis moins d’une demi-heure plus tard un véhicule de livraison parqué dans une autre rue a pris feu.

Dans les deux cas, les dégâts s’élèvent à plusieurs milliers de francs. La police cantonale bernoise a lancé samedi un appel à témoins

En août dernier, 18 véhicules avaient été incendiés en 16 endroits différents de la ville de Bienne. Selon la police bernoise, la population munie d’extincteurs et de seaux avait prêté main forte aux pompiers.

Le ou les auteurs n’ont pas été retrouvés et on ignore leurs motifs. D’autres incendies de véhicules s’étaient produits dans un quartier de Bienne entre novembre 2010 et février 2011.

Presse bourgeoise – Le Matin, 22/10/2011