Archives du mot-clé vive la casse !

[Bilbao] Emeute contre un forum économique – 3 mars 2014

Ce lundi matin 3 mars 2014, une manif était organisée à Bilbao (nord de l’Espagne) contre un forum réunissant diverses crapules diverses du monde économique et politique, dont la présidente du FMI, des patrons de multinationales et d’entreprises ainsi que le roi d’Espagne. La paix sociale a rapidement été rompue sur les coups de 10h30 avec un fourgon de la police municipale retourné (qui s’est fait pété ses gyrophares et son pare-brise). Des groupes cagoulés ont défoncé les vitrines de plusieurs banques avec les moyens du bord, en bonne partie du mobilier urbain. Une vingtaine de commerces, banques dont un restaurant ont été recouverts de peinture. Des fumis et projectiles divers ont été balancés sur les flics. Au final, deux manifestant-e-s ont été arrêté-e-s, un keuf aurait été blessé.

Big up aux émeutier-e-s !

des-manifestants-attaquent-une-voiture-de-police-a-bilbao-en_1489961 des-manifestants-attaquent-une-voiture-de-police-a-bilbao-en_1489962INCIDENTES EN LA CALLE GRAN VIA Y MOYUA. FOTO: MAITE BARTOLOME. 03/03/14 incidentes-gran-via6 incidentes-gran-via11 INCIDENTES EN LA CALLE GRAN VIA Y MOYUA. FOTO: MAITE BARTOLOME. 03/03/14 incidentes-gran-via25

Deux vidéos sont visibles ici et

Reformulé depuis leur presse – 03/03/2014

[Besançon] Nique la police – Palente, nuit du 8 au 9 septembre

Trois policiers pris à partie lors d’une interpellation

 Trois policiers ont été pris à partie ce lundi 9 septembre 2013, vers 2h30 du matin, alors qu’ils interpellaient un individu soupçonné de circuler avec un scooter volé.

Dans le quartier Palente de Besançon, une patrouille de police avait repéré un individu suspecté de conduire un scooter volé. Quand les fonctionnaires se sont approchés de l’homme, ce dernier a accéléré, faisant tomber à terre l’un d’eux.

Les policiers ont attendu l’individu au pied de son immeuble et ils l’ont interpellé avec difficulté lorsqu’il est sorti.

Un chargeur métallique d’arme à gaz a ensuite été lancé contre leur véhicule. Une vitre a été brisée et l’un des policiers a reçu le projectile au niveau de l’abdomen.

L’individu interpellé a été placé en garde-à-vue pour rébellion, outrages et violences.

Leur presse de l’ordre – MaPoubelle.info, 09/09/2013 à 19h28

[Avion, 62] Une dizaine d’interpellations après plusieurs nuits d’agitation dans le quartier ‘République’ (depuis mardi 13 août)

Mise-à-jour le 18/08/2013 à 17h00:

dépêche AFP du

Quatre nouvelles interpellations ont eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche à Avion (Pas-de-Calais), commune du bassin minier secouée par trois nuits de troubles, mais la nuit a été « calme » malgré tout, a-t-on appris dimanche auprès de la préfecture.

Une personne a été arrêtée après avoir brisé des vitres du foyer culturel de la ville. Trois autres personnes ont été arrêtées pour détention de produits incendiaires.

Malgré ces incidents, le calme semble s’installer à Avion. Pour la deuxième nuit consécutive aucun heurt ne s’est produit avec les policiers.

Huit personnes avaient précédemment été interpellées depuis le début des troubles. Deux ont été placées sous contrôle judiciaire en attendant leur comparution le 27 août devant le tribunal correctionnel d’Arras pour violences sur des policiers et attroupement armé, et une troisième comparaîtra pour participation non armée à un attroupement.

Les violences urbaines étaient parties d’un accident de la circulation mardi en fin d’après-midi, dans lequel un jeune du quartier qui roulait à vive allure en scooter avait été grièvement blessé, même si ses jours ne sont pas en danger.

Des « rumeurs » non avérées jusque-là – celle d’une prise en chasse du scooter par la police et celle de propos hostiles tenus par un policier – avaient conduit à l’embrasement du quartier République, d’ordinaire calme.

A noter que ‘République’ a été placé immédiatement sous étroite surveillance policière à partir des premiers signes de révolte: compagnies de CRS, bacs et flics en tous genres occupent le quartier depuis mercredi (14/08/2013).

_______________________________________________________________________________________________

Pas-de-Calais : 4 personnes arrêtées après 2 nuits de violences

Les tensions dans la ville ont débuté mardi en fin d’après-midi alors que des policiers se rendaient sur les lieux d’un accident.

6234595-avion-4-personnes-arretees-apres-2-nuits-de-violences

Quatre personnes ont été interpellées dans un quartier défavorisé d’Avion (Pas-de-Calais) dans la nuit de mercredi 14 à jeudi 15 août, lors d’une deuxième nuit consécutive de tensions entre jeunes et policiers, pris pour cibles par des jets de pierres, selon la préfecture.

L’agitation a repris en début de nuit dans le quartier République, vers 22 heures-23 heures, quand un bus a essuyé des jets de pierres en rentrant au dépôt », a expliqué la sous-préfète Simone Mielle.

« Une centaine de jeunes a ensuite jeté des pierres et des projectiles divers en direction des forces de l’ordre. Celles-ci les ont dispersés par des moyens appropriés dont des grenades de gaz lacrymogène », a-t-elle indiqué, précisant qu’il n’y avait « aucun blessé ». « Un conteneur poubelles a été incendié », a-t-elle ajouté.

« La situation est revenue au calme progressivement vers 2-3 heures du matin », a-t-elle précisé. « Nous avons interpellé quatre participants actifs à ces troubles, ils sont actuellement en garde à vue. »

Un mineur parmi les suspects

Parmi ces quatre personnes, trois sont majeures, âgées de 20 à 30 ans, dont deux qui risquent des poursuites pour « violences et usage et menace d’une arme, les cailloux », selon le parquet d’Arras. Le troisième pourrait être poursuivi pour participation à un attroupement.

Le quatrième suspect, un mineur, a été interpellé pour « caillassage de véhicule policier et de policier », a précisé le parquet de Béthune, dont il est du ressort. Selon le parquet d’Arras, la garde à vue des quatre suspects devrait être prolongée jeudi soir.

Les tensions à Avion avaient débuté mardi en fin d’après-midi alors que des policiers se rendaient sur les lieux d’un accident dans lequel un jeune, qui habiterait le quartier, avait été grièvement blessé après avoir percuté un véhicule en stationnement alors qu’il roulait à vive allure, à scooter.

Renforts policiers

Les policiers avaient alors été pris à partie par des jeunes présents sur place, dans le quartier République. Au cours de la nuit, une cinquantaine de jeunes avaient brûlé quatre poubelles et deux véhicules de particuliers et avaient mis le feu à une friterie, où une bouteille de gaz a explosé, ainsi qu’à la réserve d’un magasin Leader Price.

« Contrairement à cette nuit, il n’y a pas eu de jet de pierres dans la nuit de mardi à mercredi », a souligné Mme Mielle.

« En ce moment, la situation est calme. Nous avons pu hier soir nous appuyer sur les renforts des forces mobiles de la police nationale du Pas-de-Calais, et nous prenons aujourd’hui nos dispositions pour maintenir un dispositif approprié » afin que la situation reste calme, a déclaré la sous-préfète.

Un porte-parole du ministère de l’Intérieur a déclaré en fin de journée que le ministre « Manuel Valls s’est tenu étroitement informé de la situation en lien étroit avec la secrétaire générale de la préfecture et le maire d’Avion. Il s’est assuré que les renforts policiers seraient maintenus et même augmentés ces prochains jours. »

Leur presse de l’ordre – AFP (NouvelObs.com), 15/08/2013 màj à 22h24

[Bourg-en-Bresse] Infos sur la mutinerie au centre de détention du 1er août dernier

Précisions sur la mutinerie au centre de détention de Bourg en Bresse le 1er aout

D’après des infos données par des prisonniers de la prison de Bourg en Bresse

Il y a eu plusieurs choses qui ont fait que c’est parti, des gouttes d’eau qui ont fait déborder le vase et un ras le bol général.

Poing_prisonIl y a un juge, le juge d’application des peines, tout le monde s’en plaint depuis des mois. Le juge SANTOURIAN. ( Il a aussi des collègues, médames PERRIN et BERTETTOT). Il n’accorde jamais ni aménagement de peines ni conditionnelle, ni permission de sortie. Il y a environ deux mois il y a une pétition signée par pas mal de détenus qui a été remise à la direction par rapport à ça.

Il y a un détenu qui a pris la haine parce que ce jour là sa permission de sortie a été refusée. Comme elles le sont régulièrement pour d’autres. Par exemple, il y a un détenu qui devait sortir dans un mois, et lors de sa dernière permission il est arrivé en retard. L’administration pénitentiaire a décidé, avec le juge, sans même le faire passer en commission disciplinaire, de retarder d’un mois supplémentaire sa date de sortie. Comme ça. Autre exemple, dans les journaux ils ont parlé au printemps d’un prisonnier de bourg qui a pris 6 mois fermes parce qu’il avait menacé de prendre en otage sa SPIP, Madame GBA DAMASSI qui ne foutait rien et bloquait ses possibilités de sortie. Les nerfs contre elle il a menacé de la prendre en otage, en demandant s’il fallait aller jusque là pour qu’elle se bouge. Il est passé en jugement au tribunal pour ça et il a pris 6 mois supplémentaires.

Bref, plein de gens sont remontés contre les services sociaux et les juges qui les laissent croupir ici à des moments où il y aurait des possibilités de sortie.

Et ce jour là encore en plus il y a eu cette histoire. La surveillante monitrice de sport, une vraie teigne, elle se fait appeler DIAMS son prénom c’est Marine. Elle cherche toujours les problèmes avec les détenus, personne peut la voir. Pourtant elle s’est déjà fait éclater par un prisonnier là où elle était avant. Elle vient chercher des détenus pour partir au sport, et refuse qu’on sorte avec nos short, malgré la chaleur étouffante qu’il a fait. C’était la goutte de trop, et ça a été le bordel dans l’étage.

Il y a eu des graffitis et des tags sur les murs, avec le nom du juge et l’inscription « hitler » à côté. Il y avait aussi le nom d’une surveillante. Des machines à laver ont été arrachées ce qui a provoqué des inondations jusqu’à l’étage du dessous. Des caméras de vidéo surveillance ont été détruite, des lampes arrachées… il y a eu pas mal de casse.

Puis ils ont fait intervenir les ERIS Il y a plusieurs personnes qui ont été mises au mitard, mais ils sont ressortis deux jours après. Trois personnes qui ont été transférés.

Là ils n’ont toujours pas fini de tout réparer. On a entendu dire qu’il y avait eu un blocage en solidarité à la maison d’arrêt de la Talaudière, ça fait plaisir.

……………….détruisons toutes les prisons.

Source: Indymedia Paris, 15 août 2013

[Brésil] Mutinerie et évasions à la prison pour mineurs ‘Fundacao Casa’ de Sao Paulo – 12 août 2013

Brésil: 59 prisonniers s’évadent de prison

RIO DE JANEIRO – Des médias brésiliens ont rapporté que 59 prisonniers se sont évadés d’un centre de détention pour jeunes de Sao Paulo, lundi, à la suite d’une émeute au cours de laquelle des dizaines d’employés ont été pris en otage.

image

Le directeur de l’établissement a quant à lui été blessé dans l’incident.

Le site web G1 et le réseau télévisé Globo ont indiqué que l’émeute avait éclaté tôt lundi à la Fundacao Casa, alors que les 103 détenus tentaient de s’évader. Des images filmées depuis un hélicoptère ont montré des amas de matelas en flammes et une colonne de fumée s’élevant de l’édifice.

Une trentaine d’employés ont été pris en otage pendant quelque temps, tandis que le directeur du centre a été transporté à l’hôpital et reposait dans un état critique. Il souffrait d’entailles à la tête et de côtes fracturées.

Un second soulèvement distinct a eu lieu lundi dans une autre branche du centre jeunesse de Sao Paolo, mais l’incident a pu être contrôlé après la libération de 12 otages.

 Leur presse carcérale – JournalMétro.com (Associated Press), 12/08/2013 à 18h23

Selon le journal brésilien g1.globo.com, 59 évadés ont été recensées au début de la mutinerie, mais 5 mineurs étaient en soin hors de l’établissement au même moment. Au final, 54 prisonniers se seraient fait la belle. Vers 19h30, les flics annonçaient avoir repris 17 jeunes fugitifs.

Photos de la presse brésilienne, 12/08/2013

Cette même prison pour mineurs a connu une mutinerie le 31 mai dernier. (Voir la vidéo)

Mutinerie à la prison de Bourg-en-Bresse – 1er août 2013

Jeudi 1er août 2013, une mutinerie a éclaté vers 16h au centre pénitentiaire de Bourg-en-Bresse (01). 

Entre 20 à 30 détenus ont refusé de réintégrer leurs cellules. La révolte des prisonniers serait partie de l’interdiction de porter un short pour aller faire du sport. Malgré les fortes chaleurs, le port du short est interdit par le règlement de la prison.

[Brésil] Banques saccagées lors d’une manif à Sao Paulo (26 juillet)

A Sao Paulo ce jeudi 26 juillet, une manifestation a rassemblé environ 300 personnes selon les flics. Cette marche a été organisée en signe de soutien aux manifestants de Rio qui  sont descendus à plusieurs reprises ces derniers jours pour  dégager le gouverneur d’Etat Sergio Cabral.

Sao Paulo, soirée du 26/07/2013

Sao Paulo, soirée du 26/07/2013

Une demi-heure après le début de la marche, des anarchistes cagoulés ont détruit au moins une dizaine de banques à l’aide de barres de fer et de mobilier urbain sur la grande avenue Paulista (13 agences bancaires selon le journal brésilien estadao.com.br): certaines ont été entièrement saccagées, le mobilier balancé dans les rues. Selon G1.globo.com, 5 agences bancaires ‘Itau‘ ont été dévastés, deux banques ‘Santander‘ et deux ‘Bradesco‘. Concernant la ‘Banco do Brazil‘, les vandales ont défoncé les guichets automatiques à coups de barres de fer, tandis qu’une agence ‘CityBank‘ a été goudronnée. Plusieurs slogans ont été tagués sur les banques en ruines, faisant référence au ‘Black Bloc’.

73640

73641

73648

ItauBank3

banque 'Santander' ravagée

banque ‘Santander’ ravagée

BrandescoBank ItauBank ItauBank2 Bank2

poubelles déversées dans une banque de l'ave. Paulista

poubelles déversées dans une banque de l’ave. Paulista

Le groupe a pris l’Avenue Bernardino de Campos et a descendu l’avenue du 23 mai, bloquant le trafic routier vers l’aéroport. Des barricades de poubelles incendiées et de mobilier urbain ont été montées à travers les rues. Dans le même secteur, une camionnette de la chaîne TV ‘RedeRecord‘ a été vandalisée: les manifestants ont tenté d’y bouter le feu, mais la PM a dispersé le cortège à coups de gaz lacrymo. Suite à cette dispersion, les manifestants se sont rués dans les rues du secteur, où un concessionnaire automobile (de voitures de luxe ‘Chevrolet’) a été ravagé dans la rue Pedroso.

Drapeau de l'Etat de Sao Paulo brûlé

Drapeau de l’Etat de Sao Paulo brûlé

De plus, deux stands de police ont été pris pour cible:

73642

[Pas d’infos concernant le nombre de personnes arrêtées]

Dans le même temps à Rio de Janeiro, environ 200 personnes ont manifesté contre la visite papale à 53 millions de dollars sous haute surveillance policière après les affrontements dans la soirée de lundi dernier.

Depuis les agences de presse policière et bourgeoise, 26-27/07/2012

________________________________________________________________

Brésil: des agences bancaires détruites

Des manifestants ont détruit au moins cinq agences bancaires, des feux rouges et brûlé des poubelles au coeur de Sao Paulo, en solidarité avec les manifestations de Rio de Janeiro au Brésil. Les manifestants ont bloqué la circulation sur l’avenue Paulista, centre névralgique de la mégapole, et exigent la démission du gouverneur de Rio, Sergio Cabral. Selon la police, il y a quelque 300 manifestants.

Les télévisions brésiliennes ont diffusé des images montrant des jeunes au visage camouflé détruisant les vitrines d’agences bancaires et de commerces avec des barrières métalliques, s’en prenant à des feux de signalisation et des poubelles.  Aucune force de police n’était visible sur ces images.

Simultanément, à Rio de Janeiro, environ 200 personnes manifestaient pacifiquement et sous étroite surveillance policière pour exiger la démission du gouverneur de Rio, qui cristallise la colère des jeunes cariocas.

Ces manifestants se sont rendus sur la plage de Copacabana, à quelques mètres de l’endroit où le pape achevait de présider une cérémonie devant des centaines de milliers de pèlerins des Journées mondiales de la Jeunesse (JMJ).

Leur presse de l’ordre – LeFigaro.fr avec AFP, 27/07/2013 à 08h47

[Australie] Révolte au centre de rétention pour migrants sur l’île de Nauru – 19 juillet 2013

Dans la soirée de vendredi 19 juillet 2013, une révolte a éclaté à la prison pour migrants sur l’île de Nauru en Australie. Plusieurs bâtiments de la prison ont été incendiés et près de la moitié des demandeurs d’asile de la prison (où sont enfermés environ 500 migrants) se sont échappés du centre.  Leur presse affirme que 95% des bâtiments de la prison sont partis en fumée, dont le toit qui s’est effondré.

La rage des migrants s’est étendue sur l’île de Nauru et le feu a été bouté entre autre aux biens publics.

Suite à un appel des autorités de l’île à aider les forces répressives, des citoyens-flics ont prêté main forte aux flics et à la société privée de sécurité ‘Wilson’ pour réprimer les migrants.

Toujours selon les médias, 15 matons ont été blessés et 60 migrants arrêtés.

Fin septembre/début octobre 2012, des migrants s’étaient révoltés et des citoyens s’étaient prononcés pour la (ré)ouverture des deux camps pour sans-papiers de Manus et Nauru.

Cette révolte intervient alors que plusieurs migrants ont été récemment emprisonnés suite à la révolte incendiaire du centre de Villawood (banlieue de Sidney) en 2011.

Traduit librement de la presse australienne, 20/07/2013

Feux à tous les centres de rétention et à toutes les frontières !

[Besançon] Feux divers et policiers caillassés durant le week-end du 14 juillet

Véhicules et poubelles incendiés à Besançon: 4 individus interpellés

A Besançon, les feux n’ont pas été que d’artifice ce 14 juillet.

En ce lundi matin, les autorités comptabilisaient déjà une quinzaine de faits entre poubelles et véhicules incendiés.

Parmi ces derniers, qui seraient une dizaine sur l’ensemble de la ville, une pelleteuse stationnée sur le chantier du tram à hauteur du quartier de Planoise a été la proie des flammes.

Quant aux poubelles en feu, quatre individus vont devoir répondre d’au moins l’un d’eux. Interpellés en flagrant délit alors qu’ils étaient en train d’incendier l’une d’elles vers les 2 h du matin avenue d’helvétie, en plein centre-ville, les trois jeunes majeurs et le mineur ont fini la nuit et commencé la journée en garde à vue.

Leur presse locale – L’Est Répugnant.fr, 15/07/2013 à 11h21

Véhicules et poubelles en feu le week-end du 14 juillet

Une dizaine de véhicules, dont deux engins de chantier du tramway, et une quinzaine de conteneurs à poubelles ont été incendiés au total à Besançon pendant le week-end du 14 juillet 2013. 

Les auteurs des faits ont mis le feu à six véhicules et les flammes se sont propagées à quatre voitures qui se trouvaient à proximité, portant à dix au total le nombre de véhicules endommagés. Idem pour les poubelles: si huit conteneurs ont été visés au début, c’est finalement seize bacs qui ont été victimes de la propagation des incendies.

Le quartier de Planoise a été le plus touché par ces dégradations. Avenue de l’Ile-de-France, un tractopelle, un engin de chantier et une cabane de chantier ont été victimes des flammes.

Les quartiers Fontaine-Écu, Clairs-Soleils et l’avenue du Commandant Marceau ont également connu des incendies de voitures et de poubelles.

Dans le secteur de la Grette, c’est une palette qui a été brûlée et les fonctionnaires de police ont été pris pour cible par des projectiles.

Un jeune homme de 18 ans sera par ailleurs convoqué devant la justice pour avoir mis le feu à un conteneur à poubelle près de l’école de l’Helvétie.

Leur presse locale – MaPoubelle.info, 15/07/2013 à 19h28

Feu de poubelles : quatre jeunes interpellés

Quatre jeunes hommes ont été interpellés à proximité d’un conteneur à poubelles en feu vers l’école de l’Helvétie, dans la nuit du 14 au 15 juillet 2013 à Besançon. L’un d’eux a reconnu être l’auteur de l’incendie.

Il est environ deux heures du matin, ce lundi 15 juillet 2013, lorsqu’une patrouille de police repère quatre jeune, âgés de 17 et 18 ans, qui jouent avec leur briquet. Ils sont pris en filature discrète et ne tardent pas à s’attaquer à un conteneur à poubelle situé vers l’école de l’Hélevétie.

Ils sont immédiatement appréhendés et placés en garde-à-vue. L’un d’eux, a reconnu être l’auteur de l’incendie de conteneur, qui a été détruit par les flammes. Il sera convoqué ultérieurement devant la justice.

Leur presse locale – MaPoubelle.info, 15/07/2013 à 19h15

[Nouvelle-Calédonie] Mutinerie à la prison du Camp Est de Nouméa – 14 juillet 2013

Nouvelle-Calédonie : mutinerie dans une prison surpeuplée

La prison du Camp Est de Nouméa, une des prisons les plus insalubres et les plus surpeuplées de France, a été le théâtre d’une brève mutinerie dimanche.

Près d’une centaine de détenus ont organisé une brève mutinerie ce dimanche 14 juillet à la prison de Nouméa en Nouvelle-Calédonie pour dénoncer les conditions de détention dans cet établissement surpeuplé et vétuste, ont annoncé les autorités. « Aux alentours de midi (minuit à Paris, NDLR), environ 86 détenus du Camp Est ont refusé de réintégrer leurs cellules« , a déclaré à la presse Paul-Marie Claudon, directeur de cabinet du haut-commissaire de la République.

« Les détenus ont mis le feu à une salle de sport, à la bibliothèque et à la salle qui servait de réserve pour les cantines« , a-t-il ajouté, précisant que les prisonniers avaient ensuite bloqué les accès à ce secteur de la prison. Montés sur les toits, les mutins ont jeté des projectiles sur les forces de l’ordre, qui sont intervenues avec des balles en caoutchouc et des lacrymogènes pour tenter de ramener le calme, ont rapporté les médias locaux.

Une centaine de policiers et de gendarmes ont été mobilisés pour cette opération. En début d’après-midi, les détenus ont finalement réintégré leurs cellules après un échange avec des personnels de la prison.

32 millions pour l’agrandissement et la rénovation

Datant de l’époque du bagne, le Camp Est est l’une des prisons les plus insalubres et les plus surpeuplées de la République française, avec environ 400 détenus, en très grande majorité kanaks, pour 192 places. L’établissement avait déjà été le théâtre de deux rebellions en 2012. La Ligue des droits de l’homme et les syndicats pénitentiaires dénoncent régulièrement les conditions de travail et de détention.

L’Etat a été condamné en août 2012 à indemniser des détenus à cause de conditions « contraires à la dignité humaine ». En janvier, Christiane Taubira, ministre de la Justice, a annoncé le déblocage d’un budget de 32 millions d’euros pour l’agrandissement et la poursuite de la rénovation, en cours depuis plusieurs années, du Camp Est. Fin 2011, le contrôleur général des lieux de privation de liberté avait jugé « gravissime » la situation de la prison de Nouvelle-Calédonie. Dans un rapport, il avait dénoncé les rats, les cafards, la saleté des sols et la chaleur insupportable dans les cellules dont certaines accueillent six détenus dans 12 mètres carrés.

Leur presse carcérale – RTL.fr (AFP), 14/07/2013 à 11h44